Contenu abonnés

À New York, Tefaf et ventes aux enchères

Didier Rykner
1. Claude Gellée, dit le Lorrain (1600-1682)
Paysage au crépuscule avec des danseurs, vers 1634
Huile sur toile - 98,8 x 135,4 cm
Wildenstein & Co, Inc.
Photo : Wildenstein & Co, Inc.
Voir l´image dans sa page

C’est désormais une tradition : la Tefaf est solidement implantée à New York, à l’Armory Show, au printemps pour le moderne et contemporain, et à l’automne pour l’art ancien. Pour sa troisième édition dans cette dernière spécialité, la foire est une nouvelle fois de haute qualité. Et il ne faut pas manquer, car il se trouve discrètement placé à gauche de l’escalier, le stand de la galerie Wildenstein, incontestablement le plus riche en tableaux et sculptures. Il ne présente que des chefs-d’œuvre ou presque de l’art français, par les plus grands artistes. On y voit un tableau de Claude Lorrain (ill. 1), deux Fragonard sublimes, pas moins de quatre assiettes peintes par Hubert Robert lors de son séjour à la prison Saint-Lazare, deux vases en terre cuite de Clodion, un grand tableau de Charles Le Brun, Le Songe de Joseph (ill. 2), commande pour le couvent de l’Incarnation à Paris documentée notamment par des dessins conservés au Louvre, et qui était passé chez Christie’s Paris sous une attribution à Gabriel Revel... Nous pourrions ajouter encore de nombreux exemples, qui suffiraient à eux seuls à rendre la visite à la Tefaf inoubliable.


2. Charles Le Brun (1619-1690)
Le Songe de Joseph, vers 1650-55
Huile sur toile - 185 x 160 cm
Wildenstein & Co, Inc.
Photo : Wildenstein & Co, Inc.
Voir l´image dans sa page

La deuxième chose qui frappe le visiteur est le nombre de galeries françaises. Sans être exhaustif, nous citerons, outre Benjamin Proust, spécialiste de sculptures établi à Londres, les stands d’Éric Coatalem, qui présente un remarquable tableau de Théodore Géricault (ill. 3), qu’il a acheté aux enchères à Paris mais à qui un simple nettoyage a permis de retrouver son vernis d’origine et des couleurs d’une profondeur exceptionnelle.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.