À New York, Tefaf et ventes aux enchères

Didier Rykner
1. Claude Gellée, dit le Lorrain (1600-1682)
Paysage au crépuscule avec des danseurs, vers 1634
Huile sur toile - 98,8 x 135,4 cm
Wildenstein & Co, Inc.
Photo : Wildenstein & Co, Inc.
Voir l´image dans sa page

C’est désormais une tradition : la Tefaf est solidement implantée à New York, à l’Armory Show, au printemps pour le moderne et contemporain, et à l’automne pour l’art ancien. Pour sa troisième édition dans cette dernière spécialité, la foire est une nouvelle fois de haute qualité. Et il ne faut pas manquer, car il se trouve discrètement placé à gauche de l’escalier, le stand de la galerie Wildenstein, incontestablement le plus riche en tableaux et sculptures. Il ne présente que des chefs-d’œuvre ou presque de l’art français, par les plus grands artistes. On y voit un tableau de Claude Lorrain (ill. 1), deux Fragonard sublimes, pas moins de quatre assiettes peintes par Hubert Robert lors de son séjour à la prison Saint-Lazare, deux vases en terre cuite de Clodion, un grand tableau de Charles Le Brun, Le Songe de Joseph (ill. 2), commande pour le couvent de l’Incarnation à Paris documentée notamment par des dessins conservés au Louvre, et qui était passé chez Christie’s Paris sous une attribution à Gabriel Revel... Nous pourrions ajouter encore de nombreux exemples, qui suffiraient à eux seuls à rendre la visite à la Tefaf inoubliable.


2. Charles Le Brun (1619-1690)
Le Songe de Joseph, vers 1650-55
Huile sur toile - 185 x 160 cm
Wildenstein & Co, Inc.
Photo : Wildenstein & Co, Inc.
Voir l´image dans sa page

La deuxième chose qui frappe le visiteur est le nombre de galeries françaises. Sans être exhaustif, nous citerons, outre Benjamin Proust, spécialiste de sculptures établi à Londres, les stands d’Éric Coatalem, qui présente un remarquable tableau de Théodore Géricault (ill. 3), qu’il a acheté aux enchères à Paris mais à qui un simple nettoyage a permis de retrouver son vernis d’origine et des couleurs d’une profondeur exceptionnelle. Talabardon & Gautier ont aussi, comme d’habitude, un joli stand où l’on distinguera un Autoportrait dessiné exceptionnel par un artiste à peu près inconnu Victor-Charles-François Mongodin, la galerie Kugel bien entendu qui présente également des œuvres dans l’emplacement qu’ils occupent depuis maintenant trois ans non loin de l’Armory Show. On n’oubliera pas Christophe de Quénétain pour les objets d’art, la galerie Aaron dont nous reproduirons un tableau dans un prochain article consacré à Delacroix à New York, ni Giovanni Sarti pour les tableaux, ou encore Bob Haboldt chez qui l’on peut voir un cheval de Jan Boeckhorst et son atelier (ill. 4).


3. Théodore Géricault (1791-1824)
Garçon donnant l’avoine à un cheval dételé
Huile sur toile - 45,2 x 36,1 cm
Galerie Coatalem
Photo : Galerie Coatalem
Voir l´image dans sa page
4. Jan Boeckhorst (1605-1668) et atelier
Étude de cheval gris dans un paysage
Huile sur toile marouflée
sur panneau - 74,4 x 60,5 cm
Bob Haboldt & Co
Photo : Bob Haboldt & Co
Voir l´image dans sa page

Parmi les œuvres qui nous ont le plus marqué, une aquarelle de John Ruskin (ill. 5) présentée par Thomas Colville Fine Art est une pièce extraordinaire qui tient sur seulement quelques centimètres carrés. On signalera aussi, chez Antonacci Lipiccirella, un paysage neigeux par le peintre suédois Hilding Werner (ill. 6).


5. John Ruskin (1819-1900)
Coucher de soleil sur Abbebille
Aquarelle, crayon - 14 x 22,2 cm
Thomas Colville Fine Art
Photo : Thomas Colville Fine Art
Voir l´image dans sa page
6. Hilding Werner (1880-1944)
Paysage neigeux, vers 1910
Huile sur toile - 131,4 x 117,3 cm
Antonacci Lapiccirella
Photo : Galerie Antonacci Lapiccirella
Snowy landscape, c. 1910
Voir l´image dans sa page

On terminera cette rapide recension par un groupe en bronze, version réduite par Ferdinando Tacca (ill. 7) de la grande sculpture réalisée par son père, Pietro Tacca, pour Livourne, et avec une Vierge à l’enfant de Jean-Léon Gérôme (ill. 8). Deux œuvres bien différentes mais qui illustrent la diversité de cette foire. Beaucoup plus petite que la Tefaf Maastricht, elle n’en est pas moins devenue un rendez-vous important pour les collectionneurs et les musées.


7. Ferdinando Tacca (1619-1686)
Ferdinand Ier de Médicis
Bronze, poirier - H. 73,7 cm
Carlo Orsi - Trinity Fine Art
Photo : Carlo Orsi - Trinity Fine Art
Voir l´image dans sa page
8. Jean-Léon Gérôme (1824-1904)
La Vierge, l’enfant Jésus et saint Jean-Baptiste, 1853
Huile sur toile - 53,5 x 35,5 cm
Jack Kilgore
Photo : Jack Kilgore Gallery
Voir l´image dans sa page

9. Alessandro Allori (1537-1607)
Saint Jean-Baptiste dans le désert
Huile sur cuivre - 15,2 x 12,4 cm
Vente Christie’s New York 30 octobre 2018
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

Là où une foire s’installe avec succès, les ventes aux enchères suivent souvent. C’est ainsi que Christie’s organise désormais de grandes ventes d’art ancien en octobre. Parmi les tableaux, on verra beaucoup d’œuvres intéressantes dont on sélectionnera un petit mais ravissant cuivre d’Alessandro Allori (ill. 9), un Saint Jacques le mineur (ill. 10) faisant partie d’un Apostolado de Ribera exposés récemment à Rennes et à Strasbourg, et dont plusieurs tableaux de la série appartiennent à des musées français, mais aussi, parmi les œuvres anonymes et d’une estimation très raisonnable (4000 à 6000 dollars), un beau tableau français du XVIIe siècle, une sainte Catherine d’Alexandrie (ill. 11), sans doute d’un élève de Vouet.


10. Jusepe de Ribera (1591-1652)
Saint Jacques le mineur
Huile sur toile - 109,6 x 87,7 cm
Vente Christie’s New York 30 octobre 2018
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page
11. France, XVIIe siècle
Sainte Catherine d’Alexandrie
Huile sur toile - 64,8 x 54 cm
Vente Christie’s New York 30 octobre 2018
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

Et on se permettra exceptionnellement, pour terminer, de sortir du champ de La Tribune de l’Art qui ne traite normalement pas de l’Antiquité pour signaler l’incroyable relief assyrien représentant un génie ailé, provenant du palais de Nemrod (ill. 11). Elle provient d’une école de théologie de Virginie, qui le conservait depuis le milieu du XIXe siècle, et estimée 15 millions d’euros, et on ne peut qu’espérer qu’elle sera acquise par un musée.


12. Royaume d’Assurbanipal, vers 853-859 avant J. C.
Génie ailé
Gypse - 223,5 x 195,5 cm
Vente Christie’s New York, 31 octobre 2018
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.