S’abonner à La Tribune de l’Art, c’est aider à la protection du patrimoine


Nous venons de mettre en place un nouveau système de paiement sécurisé qui n’oblige plus à passer par Paypal pour s’abonner à La Tribune de l’Art. Nous avons même fait mieux : pour les abonnés qui ne souhaitent pas, chaque année, renouveler la procédure d’abonnement, il est désormais possible de choisir le système de prélèvement automatique annuel (50 € par an) ou mensuel (5 € par mois). Pour seulement 5 € par mois, vous pouvez donc profiter de toute La Tribune de l’Art. Et, surtout, cet abonnement mensuel n’implique aucun engagement, vous êtes libre d’interrompre votre abonnement à tout moment. C’est aussi vrai pour l’abonnement annuel automatique : vous pouvez y renoncer, et si le prélèvement a lieu et que vous souhaitez y renoncer, il vous suffit de nous prévenir dans le mois qui suit ce renouvellement, et nous vous rembourserons immédiatement.

Il est bien sûr toujours possible pour ceux qui le veulent (beaucoup le font) de choisir un montant supérieur au prix de l’abonnement. Les abonnements sont essentiels pour le développement du site, nous l’avons souvent écrit. Car la publicité est une ressource fragile. Si de nombreux annonceurs respectent la liberté de la presse et ne lient pas la publicité au rédactionnel, d’autres - sans jamais le dire ouvertement - n’ont pas de ces pudeurs. Nous avons déjà parlé ici de la sanction que nous a fait subir le Musée d’Orsay, qui ne nous a plus jamais pris de publicité, mais nous pourrions donner plusieurs autres exemples. Les musées de la Ville de Paris n’ont jamais - comme cela est curieux ! - annoncé sur notre site, malgré nos efforts. Et ce que nous pensions nous a été récemment confirmé par plusieurs sources : hors de question de prendre de la publicité sur La Tribune de l’Art !

S’abonner, ce n’est pas seulement avoir accès à tout le site, et donc notamment aux articles de plus de trois mois1, à certains articles et vidéos réservés, aux commentaires d’articles et aux possibilités de commenter ou à la base de données Stella… S’abonner, c’est aussi contribuer à protéger le patrimoine. Au côté des associations, la presse a un rôle à jouer pour faire reculer les vandales de tous bords. Si certains de nos combats se sont soldés par des défaites, d’autres ont été couronnés par la victoire, et pas des moindres. On pourra citer, parmi beaucoup d’autres exemples, la non privatisation de l’Hôtel de la Marine, la sauvegarde de la rue des Carmes à Orléans, le sauvetage de l’église Saint-Martin d’Arc-sur-Tille, l’achat des Rembrandt Rothschild (même si le dénouement n’est qu’en partie satisfaisant), l’abandon des points les plus discutables du projet de rénovation du Musée de Picardie (même s’il faut rester vigilant)…
Nous n’étions bien sûr jamais seuls pour ces dossiers. L’action des associations, celle de certains de nos confrères journalistes ont souvent été essentielles. Le rôle du ministère de la Culture parfois aussi, même s’il se trouve contraint d’agir sous la pression de toutes ces forces réunies. Et nous n’oublions pas les très nombreux fonctionnaires de ce ministère qui travaillent pour l’intérêt public et qui sont les victimes de l’incapacité à agir de leurs directeurs et ministres.
Parfois, sans même le savoir, un simple article peut tout déclencher. C’est ainsi que Claire Denis, petite-fille de Maurice Denis, qui dirige le catalogue raisonné du peintre, nous a dit que celui que nous avions consacré immédiatement à l’incendie de la chapelle du Vésinet avait fait prendre conscience aux élus de l’importance de ce décor et de la nécessité de le restaurer rapidement. D’autres articles ont servi à alerter les services du ministère qui ont pu prendre des mesures : c’est le cas, par exemple, de l’autel de la chapelle du château de Coquille qui a pu être protégé in extremis, de la cloche de l’église Saint-Jacques, retirée de la vente au dernier moment et restituée, ou encore des deux fragments d’un tableau de Guerchin qui devaient passer en vente et qui ont pu être restitués car ils faisaient partie d’un tableau inaliénable2.

En vous abonnant, vous n’avez donc pas seulement accès à la partie réservée du site : vous nous aidez à développer La Tribune de l’Art, vous nous permettez de recruter, de nous agrandir, et donc d’aider encore davantage à protéger notre patrimoine et nos musées, qui en ont bien besoin. Nous faisons du journalisme engagé. Engagez-vous à nos côtés !


Didier Rykner, mardi 1er mars 2016


Notes

1Cependant, les articles liés à nos combats patrimoniaux restent accessibles à tous.

2Nous n’avons d’ailleurs pas suivi cette affaire récemment et nous en reparlerons, ne serait-ce que pour savoir dans quel musée seront déposés ces deux fragments.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Mélangeons tout, ce sera plus lisible !

Article suivant dans Éditorial : Orsay : Guy Cogeval renouvelé… et remercié