Restitution de la cloche d’Abbeville : merci à Nicolas Dumont !


JPEG - 94.9 ko
France, XVIIe siècle
Cloche de l’église Saint-Jacques d’Abbeville
lors de son exposition à Drouot le matin de la vente
Bronze - H. 65 cm ; D. 56 cm (base)
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

La cloche de l’église Saint-Jacques, édifice détruit au début de l’année, a été définitivement restituée à la ville et présentée hier (voir cet article sur le site de France 3 Picardie).

Inutile de le dire : nous sommes peiné ! Le maire d’Abbeville n’a pas cru bon de nous inviter à la présentation à la presse, et encore moins de nous remercier. Quelle ingratitude ! Pourtant, il est bien placé pour savoir que, sans nous, cette cloche aurait définitivement été perdue pour sa cité. Et Dieu sait à quel point l’élu est un être sensible, cultivé, amoureux du patrimoine. Ne déclarait-il pas le 8 février dernier au micro de France Bleu Picardie, à propos de sa décision de détruire l’église Saint-Jacques : « c’est un moment difficile pour la ville que d’être amené de prendre une décision de cette nature [...] [Je suis triste] bien sûr car je ne me suis pas engagé dans la vie publique pour prendre ce genre de décision, c’est une décision qui est lourde, qui est aussi liée à un bâtiment qui est un bâtiment forcément symbolique même s’il est fermé depuis 2002 au culte, qui est aussi un témoignage de l’histoire de la ville puisque ce quartier a été le quartier le mieux préservé lors des bombardements du 20 mai 40, que quand vous venez du nord d’Abbeville, vous avez trois signaux urbains [...] le deuxième c’est le clocher de Saint-Jacques [...] Évidemment c’est une décision qui est lourde, qui n’est pas agréable, mais c’est une décision que j’ai été amenée à prendre en responsabilité » ? On le plaindrait presque, le pauvre homme, de la lourde charge qui est la sienne et on espère sincèrement que les habitants d’Abbeville l’en soulageront bientôt.

L’information est également reprise dans le Courrier Picard, journal local qui, lui, a été convié. Cette feuille expliquait très sérieusement, le lendemain de la parution de l’article où nous démontrions que la cloche était, sans qu’il y ait le moindre doute, celle de l’église Saint-Jacques, que « l’objet ne se trouvait pas dans l’église Saint-Jacques qui vient d’être déconstruite, mais dans celle qui l’a précédée et qui a été elle aussi détruite au XIXe siècle ». On remarquera l’usage pudique du mot « déconstruire » : le même que celui employé par le maire dans son interview de France-Bleu-Picardie. « Détruire », c’est d’un vulgaire !
Un peu plus loin, on lisait que « la Ville n’enverra pas d’émissaire à Drouot, demain, pour tenter de récupérer cette cloche ». Le même auteur (X. T.) explique aujourd’hui que l’on doit tout à la municipalité d’Abbeville, grâce à qui la cloche a été retirée « in extremis à [s]a demande expresse [...] alertée par le ministère de la Culture ». Le journalisme d’investigation à ce niveau force le respect.

L’important est bien que la cloche ait été restituée et nous nous moquons évidemment d’une invitation du maire Nicolas Dumont. Mais il faut rappeler la chronologie des faits : après avoir été informé par des lecteurs de la présence à Drouot d’une cloche de l’église Saint-Jacques dans une vente, c’est notre enquête et l’article que nous avons publié la veille de la vente1, puis notre appel direct à la Direction des patrimoines le vendredi matin qui a incité celle-ci (alors que la DRAC Picardie nous avait dit la veille être impuissante car elle n’avait aucune preuve de la provenance récente de la cloche) à demander à la ville le retrait de la vente. La municipalité d’Abbeville persistait en effet à dire que cette cloche était sortie de l’église depuis la Révolution. Informé par nous, le commissaire-priseur n’avait pas cru devoir, de son propre chef, retirer l’objet.

Lire aujourd’hui que la mairie est quasiment à l’initiative de ce retrait est assez savoureux. Au moins apprend-on une vraie information dans Le Courrier Picard : la cloche devrait être prochainement classée Monument Historique. Merci encore, Nicolas Dumont !


Didier Rykner, vendredi 30 août 2013


Notes

1Information qui avait été également relayée par le blog Saint-Jacques l’oubliée.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : Le Paris enchanté d’Anne Hidalgo fait froid dans le dos

Article suivant dans Patrimoine : La cour de Bar revue par Yves Lion