Contenu abonnés

Une vente Giscard d’Estaing à l’hôtel Drouot

2 2 commentaires
1. Vue de l’intérieur de l’hôtel particulier de la famille Giscard d’Estaing
Photo : Beaussant-Lefèvre & Associés
Voir l´image dans sa page

12/12/22 - Marché de l’art - Paris - La passion de Valéry Giscard d’Estaing (1926-2020) pour l’histoire de France et le siècle de Louis XV était connue de tous, même si c’est aujourd’hui l’établissement public des musées d’Orsay et de l’Orangerie qui porte le nom de l’ancien président. Deux ans après sa disparition, c’est l’étude Beaussant-Lefèvre et Associés qui a été choisie par ses héritiers pour organiser la dispersion d’une partie des collections naguère abritées dans la résidence parisienne de la famille, rue Bénouville. Celle-ci révèle, ou plutôt confirme, un goût parfaitement classique - suranné, dit Le Monde - partiellement hérité de la famille d’Anne-Aymone Giscard d’Estaing, née Sauvage de Brantes. Les photos (ill. 1 et 2) diffusées par Beaussant-Lefèvre et Associés jouent à fond cette carte un brin nostalgique mais sans doute efficace, qui rappelle que ce président réformateur travaillait quotidiennement sur un magnifique bureau plat de Riesener qui le suivit du Louvre - qui abritait alors le ministère des Finances - jusqu’au palais de l’Élysée. Authentique amateur de mobilier français du XVIIIe siècle, l’homme d’État avait rempli son domicile parisien de pièces historiques dont une partie seulement se voit aujourd’hui mise à l’encan.


2. Vue de l’intérieur de l’hôtel particulier de la famille Giscard d’Estaing
Photo : Beaussant-Lefèvre & Associés
Voir l´image dans sa page

3. Pierre Garnier (vers 1720-1800)
Bureau plat et son cartonnier
Placage d’amarante et bronzes dorés - 79 x 232 x 129 cm (bureau) et 231 x 130 x 81 cm (cartonnier)
En vente à l’hôtel Drouot le 13/12/22
Photo : Beaussant-Lefèvre & Associés
Voir l´image dans sa page

Les joyaux de la collection familiale n’ont en effet pas tous pris la route de l’hôtel Drouot, où l’on ne retrouve…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.