Contenu abonnés

D’importantes pièces de mobilier mises en vente par Christie’s

12/12/22 - Marché de l’art - Paris - L’un est un meuble orné de pierres dures, l’autre une commode habillée de tôle vernie : deux pièces rares de Claude-Charles Saunier seront proposées par Christie’s dans une vente en ligne organisée les 13 et 14 décembre.
Claude-Charles Saunier fut le membre le plus célèbre d’une famille d’ébénistes parisiens au XVIIIe siècle. Devenu maître en 1752, il dirigea l’atelier de son père à partir de 1765. Si ses premières créations obéissaient encore au style Louis XV, il évolua rapidement vers le néoclassicisme. Ses œuvres sont notamment visibles au Louvre et à Versailles qui avait acquis en 2007 une console commandée en 1787 pour le Dauphin (voir la brève du 10/9/08). Le meuble d’appui mis en vente par Christie’s est probablement le fruit de sa collaboration avec Dominique Daguerre (ill. 1). Ce célèbre marchand mercier parisien a récemment été mis à l’honneur dans l’exposition « La Fabrique du Luxe » au Musée Cognacq-Jay [1] qui s’intéressait au rôle et aux codes de la corporation. Daguerre travailla avec les meilleurs ébénistes de son temps, parmi lesquels on compte aussi Adam Weisweiler.


1. Claude-Charles Saunier (1735-1807)
Meuble à hauteur d’appui d’époque Louis XVI
Dernier quart du XVIIIe siècle,
Probablement livré par Dominique Daguerre
En placage d’ébène, aventurine, panneaux de laque du Japon, époque Edo, XVIIIe siècle et panneaux de pierres dures - 95 x 74 x 41,5 cm
Exposition le 13 décembre 10h à 18h
Christie’s Paris, vente en ligne du 13 décembre 15 h au 14 décembre 11h30
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

Comme le souligne Simon de Monicault, directeur du département des arts décoratifs chez Christie’s, la frise de rinceaux qui orne ce meuble d’appui se retrouve sur une commode à encoignures en laque japonaise, passée dans la collection Champalimaud [2]. Mais cette pièce se distingue surtout par les panneaux de pierres dures qui l’habillent, relativement rares sur un mobilier Louis…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.