Une statue de Pedro de Mena rejoint les collections de Valladolid

Bénédicte Bonnet Saint-Georges

28/8/19 - Acquisition - Valladolid, Museo Nacional de Escultura - Saint Joseph porte l’Enfant Jésus dans ses bras : cette statue de Pedro de Mena a rejoint les collections du Musée national de sculpture de Valladolid. Elle appartenait à la galerie Caylus, à Madrid, qui s’était vu refuser temporairement son certificat d’exportation en 2018, le ministère de la Culture ayant alors l’intention de l’acheter ; c’est désormais chose faite, pour la somme de 150 000 euros.


Pedro de Mena y Medrano (1628-1688)
Saint Joseph portant l’Enfant Jésus, 1653-1657
Bois polychrome - 64 x 26 x 20 cm.
Valladolid, Museo Nacional de Escultura
Photo : Museo Nacional de Escultura
Voir l´image dans sa page

L’œuvre date du début de carrière de l’artiste, lorsqu’il se trouve à Grenade et collabore avec Alonso Cano, dont il subit l’influence entre 1652 et 1658 avant de partir pour Malaga.
Plusieurs expositions ont été consacrées récemment à cette grande figure du Baroque espagnol, celle du Palacio Episcopal de Málaga notamment s’est terminée le 14 juillet dernier. Quelques unes de ses œuvres figuraient aussi dans l’exposition de Bruges « Murillo, De Mena et Zurbaran. Maîtres du Baroque espagnol » (voir l’article). Le musée conservait jusque-là quatre œuvres de sa main, un Saint François en extase (1663) deux pendants, l’Ecce Homo et La Vierge de douleur, ainsi qu’un dépôt du Prado, la Madeleine pénitente sculptée en 1664.

Pedro de Mena produisit avec son atelier de nombreuses sculptures polychromes, qu’il lui arrivait de peindre lui-même. Il conçut plusieurs versions de saint Joseph portant l’Enfant Jésus, variant l’expression et les gestes qui relient les deux figures, plus ou moins tendres ou solennels. Il représenta aussi plus rarement Jésus un peu plus grand marchant à côté de Joseph.
Cette statue est une oeuvre de dévotion privée, très comparable, mais néanmoins plus minutieuse dans son traitement, que la sculpture monumentale qu’il réalisa avec Alonso Cano sur le même sujet, destinée au couvent des Ángel Custodio de Granada.

Saint Joseph est progressivement mis en valeur dans iconographie religieuse, présenté dans la force de l’âge, seul ou dans son rôle de père adoptif, et non plus relégué en second plan de la sainte famille. Cela s’explique en partie par la dévotion que lui accorda sainte Thérèse d’Avila, ainsi que par la décision du pape Grégoire XV d’éleva la fête du saint le 19 mars au rang de fête d’obligation.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.