Une souscription pour un tableau de Bellet du Poisat

9/5/19 - Souscription - Bourgoin-Jallieu, Musée - Entre deux courants stylistiques, Alfred Bellet du Poisat se passionna d’abord pour Delacroix avant de se rapprocher de l’impressionnisme. Ainsi, il peignit Trois bohémiens « avec tous les beaux défauts de la peinture romantique [1] » et porta sur la Jetée de Trouville un regard qui n’est pas sans rappeler celui d’un Monet. Son art est d’autant plus difficile à définir que son œuvre est à la fois restreint et varié.
Le musée de Bourgoin-Jallieu - sa ville natale - lui avait consacré une exposition en 2014 (voir l’article) ; celle-ci était le fruit d’un travail de recherches entrepris après l’achat du fonds d’atelier en 2003, que la directrice Brigitte Riboreau avait progressivement complété par des acquisitions les années suivantes.


Alfred Bellet du Poisat (1823-1883)
La Nuit dans le port, 1879
Huile sur toile - 100 x 130 cm
Lyon, galerie Descours
Photo : Galerie Descours
Voir l´image dans sa page

Aujourd’hui, elle souhaite acheter une marine de l’artiste auprès de la Galerie Descours, dont le prix est de 60 000 euros. Le musée apporte 10 000 euros, et le Fonds régional d’acquisition des musées (FRAM) devrait donner une subvention de 30 000 euros. Quant à l’association des amis, elle a lancé une souscription publique afin de réunir les 20 000 euros restants. Particuliers et entreprises peuvent participer à cette acquisition sur la plateforme Dartagnans. Rappelons que les dons sont en partie déductibles.

Proche d’Auguste Ravier, Bellet du Poisat se consacra essentiellement au paysage à partir de la fin des années 1860. Il essaya de traduire des variations atmosphériques, de saisir les caprices du ciels et les reflets de l’eau, dans des compositions dramatiques comme celle-ci qui montre les silhouettes sombres des bateaux se profiler au clair de lune, ou dans des paysages immobiles et clairs comme le Port de Pâquis.
Le tableau de la Nuit dans le port fut exposé au Salon à Paris en 1879 où il reçut une mention honorable, puis au Salon de la Société des amis des arts à Lyon en 1880. Comme le souligne la Galerie Descours, il est proche d’une autre toile de l’artiste, un Clair de lune qui montre peut-être le port d’Anvers.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.