Une préemption du Musée des Tissus de Lyon à la vente Malatier

Didier Rykner

10/10/18 - Acquisitions - Lyon, Musée des Tissus et des Arts décoratifs - Le musée lyonnais vient de préempter, dans la vente Malatier, une paire de portraits en soie brochée fabriquée à Lyon vers 1771 dont il conservait déjà un autre exemple comparable. Il s’agit des portraits du comte de Provence (futur Louis XVIII) et de son épouse, peints sur soie par Philippe de Lassalle, probablement ceux que l’artiste offrit aux altesses royales lors de leur passage à Lyon en 1771. Philippe de Lassalle est un spécialiste de l’art de la soie, né en Haute-Savoie mais qui passa la majeure partie de sa vie à Lyon où il fut l’élève de Daniel Sarrabat, avant de venir compléter sa formation à Paris chez François Boucher et Jean-Jacques Bachelier, et à la Manufacture des Gobelins et de la Savonnerie. Comme nous l’a précisé par un tweet la Société d’histoire de Lyon, il ne s’agit pas de peinture sur soie : « l’artiste dessinait une esquisse qui était ensuite mise en carte (chaque case correspondant à un fil pris ou laissé). À partir de la mise en carte, le liseur de dessin préparait les cordes pour la levée des fils [1] ».


1. Philippe de Lassalle (1723-1804)
Portrait du comte de Provence, vers 1771
Grisaille en soie tissée - 65 x 50 cm
Préempté par le Musée des Tissus et des
Arts décoratifs de Lyon
Photo : SGL Enchères-Ader Nordmann
Voir l´image dans sa page
2. Philippe de Lassalle (1723-1804)
Portrait de la comtesse de Provence, vers 1771
Grisaille en soie tissée - 65 x 50 cm
Préempté par le Musée des Tissus et des
Arts décoratifs de Lyon
Photo : SGL Enchères-Ader Nordmann
Voir l´image dans sa page

Cette acquisition, quoique modeste (le prix d’adjudication était de 4 200 € hors frais), est un signal fort qui démontre que désormais cette institution est repartie sur de bons rails, quelques jours après que les engagements financiers de la Région Auvergne-Rhône-Alpes ont été réaffirmés, qu’un comité scientifique a été nommé, présidé par Sophie Makariou (que nous avions interrogée dans notre enquête sur les menaces qui pesaient alors sur le musée), et qu’une nouvelle conservatrice a été engagée, qui a pris son poste le 10 septembre dernier. Il s’agit d’Esclarmonde Monteil, conservatrice en chef du patrimoine, qui était la directrice du Musée de la Toile de Jouy-en-Josas et donc une bonne connaisseuse des textiles. Celle-ci sera bientôt épaulée par un administrateur général en cours de recrutement.

Publicité Annonce Fécamp octobre 2018

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.