Le Christ consolateur de Scheffer pour le Musée Bartholdi

Didier Rykner

Nous avions publié l’image avec la légende erronée : « Amsterdam, Musée Van Gogh ». Il s’agissait bien sûr du tableau acquis par Colmar.

12/10/18 – Acquisition – Colmar, Musée Bartholdi – Au Salon de 1837, Ary Scheffer présentait sous le titre Le Christ consolateur un tableau qui était décrit à l’aide d’un extrait de l’Évangile selon saint Luc : « Je suis venu pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, et pour annoncer aux captifs leur délivrance ; pour mettre en liberté ceux qui sont brisés sous leurs fers ». Ce thème, comme le remarque Léo Ewals « reflète les conceptions des milieux progressistes et chrétiens libéraux ».


Ary Scheffer (1795-1858)
Le Christ consolateur
Huile sur toile - 67 x 89 cm
Colmar, Musée Bartholdi
Photo : Christian Kempf
Voir l´image dans sa page

Les tableaux de Scheffer sont rarement uniques. Celui-ci multipliait en effet, souvent avec l’aide de son atelier, les répliques des œuvres qui avaient le plus de succès. Le Musée Bartholdi à Colmar vient de se faire offrir grâce à une souscription de son association d’amis une version de cette peinture connue à de nombreux exemplaires. C’est ainsi que le tableau exposé en 1837, acquis par le duc d’Orléans, fils de Louis-Philippe, est aujourd’hui, conservée au Musée Van Gogh d’Amsterdam. Une autre version (celle présentée au Musée de la Vie Romantique en 1996) est au Utrecht Centraal Museum, tandis que l’Art Institute de Minneapolis en a acquis une troisième en 2009, dont nous parlions dans cette brève. Nous y renvoyons le lecteur pour la description précise de l’iconographie.
Le tableau trouve sa place au Musée Bartholdi car Scheffer fut un des maîtres du sculpteur. Il a été acquis de la galerie Arnaud Charvet à Paris.

Publicité Annonce Fécamp octobre 2018

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.