Contenu abonnés

Une aquarelle de Camille Rogier pour le Musée Victor Hugo

Didier Rykner

5/9/18 - Acquisition - Paris, Maison de Victor Hugo - Passé à la postérité pour avoir été proche de nombreux écrivains comme Gérard de Nerval ou Théophile Gautier, pas ou peu représenté dans les musées français si ce n’est par ses illustrations d’ouvrages romantiques, Camille Rogier est aujourd’hui encore peu connu, et son œuvre peinte et dessinée l’est plus mal encore. Attiré par l’Orient, il passa trois ans à Constantinople qu’il faisait visiter à ses amis écrivains de passage puis, de 1848 à 1864, s’installa à Beyrouth comme directeur des postes. Gustave Flaubert parle de lui comme d’un « peintre de Paris, un de la clique Gautier qui vit là en orientalisant » [1]. ll fut aussi un collectionneur de peintures anciennes : le Moïse sauvé des eaux de Johann Liss du Musée des Beaux-Arts de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.