Un Cornelis van Spaendonck pour le Noordbrabants Museum de Bois-le-Duc

Didier Rykner

14/4/19 - Acquisition - Bois-le-Duc, Noordbrabants Museum - Actif à la fin du XVIIIe et au début du XIXe, le peintre de fleurs Cornelis van Spaendonck évoque, par sa précision et sa délicatesse, l’art néerlandais du siècle d’or, tout en se rapprochant fortement du style, lui aussi influencé par la Hollande du XVIIe, des peintres lyonnais tels qu’Antoine Berjon. L’artiste, s’il naquit aux Pays-Bas, à Tilburg, fit d’ailleurs, comme son frère Gerard dont il fut très proche, toute sa carrière en France, dirigeant la Manufacture de Sèvres de 1785 à 1800 et exposant au Salon jusqu’en 1833.


Cornelis van Spaendonck (1756-1839)
Bouquet de roses anciennes, jasmins et primevères, 1829
Huile sur papier marouflé sur toile - 32 x 24 cm
Bois-le-Duc, Noordbrabants Museum
Photo : Jean-François Heim Fine Arts
Voir l´image dans sa page

Le musée de Bois-le-Duc a acquis, auprès de la galerie Jean-François Heim à Bâle, un huile sur papier marouflé sur toile signée par cet artiste. D’une composition particulièrement simple, on y voit trois fleurs : une rose à plusieurs boutons dont l’un est entièrement éclos, une tige de fleurs de jasmins et une autre de primevères. Le tout n’est pas dans un vase, mais comme posé sur une table et vu du dessus. Aucun insecte ne vient s’ajouter, seules quelques gouttes d’eau ou de rosée perlent sur les pétales et les feuilles. Cette œuvre, de 1829, date des dernières années de sa carrière.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.