Un tableau de Niels Simonsen acquis par Stockholm

Bénédicte Bonnet Saint-Georges

29/11/18 - Acquisition - Stockholm, Nationalmuseum - Il y avait les Bruns, il y avait les Blonds. L’historien et critique Niels Laurits Høyen (1798-1870) affirmait qu’il était nécessaire d’encourager un art spécifiquement danois, imperméable aux influences extérieures et favorisant des sujets nationaux. Les peintres qui rejetèrent ses théories furent surnommés a posteriori les « Bruns » ou les « Européens », par opposition aux « nationalistes » dits les « Blonds ». Ils ne formaient pas un groupe uni autour de revendications précises ; au contraire, ces artistes très différents - Elisabeth Jerichau-Baumann, Lorenz Frølich, Carl Bloch, Anton Melbye entre autres... - s’égayèrent dans toute l’Europe.


Niels Simonsen (1807-1885)
Vue d’Alger devant les remparts, vers 1840
Huile sur papier marouflé sur toile - 21,9 x 34,1 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Galerie Michel Descours
Voir l´image dans sa page

Parmi eux, Niels Simonsen vécut longtemps en Allemagne. Après s’être formé à l’Académie des beaux-arts de Copenhague, il partit en effet pour Munich où il séjourna entre 1834 et 1845 environ, tout en visitant les pays alentours, le Tyrol autrichien et l’Italie. Il se rendit en Suède également, et alla même jusqu’en Algérie en 1840, devenant l’un des rares peintres orientalistes danois.
C’est une Vue d’Alger que le Nationalmuseum de Stockholm a achetée à la Galerie Michel Descours lors du salon Paris Fine Art (voir [l’article-7496]). Ce paysage a sans doute été réalisé en atelier à partir d’esquisses réalisées sur le motif. L’artiste a représenté à plusieurs reprises la silhouette blanche de la ville depuis l’extérieur, adoptant différents points de vue, côté mer ou côté terre comme ici. La composition s’organise en bandes de couleurs, l’ocre et le vert de la terre, le blanc lumineux des maisons réduites à des carrés se détachant sur un ciel nuancé. Il peignit aussi des scènes de rue et de la vie quotidienne, des batailles également. Le tableau rejoint ainsi dans les collections un Algérien fumant la pipe.

Lorsqu’il retourna au Danemark en 1842, ces peintures pittoresques eurent un succès certain ; il en réalisa d’ailleurs sur place à partir d’esquisses rapportées avec lui. Niels Simonsen fut également célèbre pour avoir illustré plusieurs batailles importantes des guerres de Schleswig qui opposèrent les duchés danois à la Prusse (1848 et 1864).

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.