Contenu abonnés

Un tableau de jeunesse de Manet aux enchères

4 4 commentaires

29/10/22 - Marché de l’art - Paris - Le tableau est connu depuis une vingtaine d’années lorsqu’il avait été accepté comme autographe par le comité Manet - qui vient de confirmer l’attribution -, mais n’était jamais passé aux enchères et semble curieusement être resté inédit jusqu’à aujourd’hui. Cette esquisse peinte (ill. 1), certainement préparatoire à un Moïse sauvé des eaux, sera vendue le 23 novembre prochain chez Tajan à Paris.
L’œuvre est passionnante à plusieurs titres. Il s’agit d’un des rares exemples de sujet religieux chez Édouard Manet, un domaine quasiment absent de sa production mais dans lequel il réalisa un chef-d’œuvre absolu : le Christ aux anges du Metropolitan Museum. Il montre aussi tout ce qu’il devait, malgré leurs divergences, à son maître Thomas Couture dont il se rapproche clairement ici dans le style. Enfin, au même titre que La Nymphe surprise (ill. 2), il constitue « un trait d’union entre les copies de maîtres anciens des années 1850 et les toiles majeures qu’il réalisa en 1862 et 1863 [1] ».


1. Édouard Manet (1832-1883)
Moïse sauvé des eaux
Huile sur toile - 51 x 61 cm
Vente Tajan, 23 novembre 2022
Photo : Tajan
Voir l´image dans sa page

2. Édouard Manet (1832-1883)
La Nymphe surprise, 1861
Huile sur toile - 146 x 114 cm
Buenos Aires, Museo
Nacional de Bellas Artes
Photo : Wikimedia/Domaine public
Voir l´image dans sa page

Le tableau est clairement inachevé sans qu’on sache s’il s’agit d’une toile autonome où d’un fragment découpé. Antonin Proust nous apprend que Manet avait pour projet de peindre un grand tableau sur le sujet de Moïse sauvé des eaux, qu’il entama mais ne termina pas : « Manet avait commencé rue Lavoisier un grand tableau, Moïse sauvé des eaux, qu’il n’a jamais achevé, et dont il ne reste qu’une figure qu’il a découpée dans la toile et qu’il a intitulée La nymphe surprise. [2]. »
La Nymphe surprise de Buenos Aires (ill. 2) est le seul fragment qui subsiste, découpé dans la…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.