Un tableau de Ferraù Fenzoni offert à Rennes

Didier Rykner

30/6/19 - Acquisition - Rennes, Musée des Beaux-Arts - La peinture italienne au tournant du XVIIe siècle est un véritable creuset où se mêlent des peintres aux styles fort différents, à la fois héritiers du XVIe finissant marqué par le maniérisme, et par la naissance du caravagisme, ainsi que du classicisme et du baroque qui marqueront l’art de tout le siècle suivant.


Ferraù Fenzoni (1562-1645)
La Flagellation du Christ, vers 1615-1620
Huile sur toile - 82,8 x 66 cm
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Rennes
Voir l´image dans sa page

Parmi les peintres les plus étranges d’une période qui n’en manquait pas, Ferraù Fenzoni n’est pas le moindre. Originaire de Faenza et actif à Rome, puis à Todi où il fut l’auteur d’un grand Jugement dernier dans le Duomo, avant de retourner dans sa ville natale, il combine dans son style le maniérisme et l’influence des Carracci. Le Musée des Beaux-Arts de Rennes a reçu en don d’Étienne Bréton, il y a quelques mois, une Flagellation du Christ de Fenzoni.

Cette œuvre, qui est cataloguée dans l’importante monographie qu’ont consacrée à l’artiste Giuseppe Scavizzi et Nicolas Schwed date des dernières années de sa carrière. S’il vécut jusqu’à 83 ans, il ne travailla pratiquement plus après les années 1625 ; dans une lettre de 1630, il se plaint d’avoir presque perdu la vue. Si certains tableaux montrent une exacerbation jusqu’à la déformation des positions des protagonistes - ce que l’on peut voir par exemple dans La Conversion de saint Paul du Musée Magnin (voir la brève du 7/10/14) - le peintre se montre ici plus mesuré. Les figures rappellent l’art de Ludovico Carracci comme le bourreau de gauche, presque directement dérivé de la toile de même sujet conservé au Musée de Douai (à l’exception du bras gauche).

Les œuvres de Fenzoni sont particulièrement rares en France puisque la base Retif des tableaux italiens conservés dans notre pays n’en répertoriait jusqu’à maintenant que deux. Outre La Conversion de saint Paul déjà citée à Dijon, seul le Musée Sainte-Croix à Poitiers peut montrer une peinture de cet artiste Le Christ porté au tombeau par les anges. Notons toutefois que Fenzoni est un grand dessinateur et que ses feuilles sont beaucoup plus nombreuses dans les musées français.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.