Un paysage de Salomon Van Ruysdael pour le Barber Institute

Julie Demarle

30/5/19 - Acquisition - Birmingham, Barber Institute of Fine Arts - Grâce à l’Acceptance in Lieu (équivalent britannique de la dation), le Barber Institute s’enrichit d’un paysage de Salomon Van Ruysdael qui n’avait jusqu’alors jamais été exposé publiquement. Il provient de la collection des vicomtes Dungannon. Il est, depuis le 24 mai, présenté au sein de la Red Gallery aux côtés d’autres paysages hollandais du siècle d’or, celui de son neveu Jacob Van Ruisdael et ceux tout juste antérieurs de Pieter Molijn et Jan Van Goyen.


Salomon van Ruysdael (vers 1600/03-1670)
Cavalerie traversant un paysage boisé, 1653
Huile sur toile - 88.8 x 122.8cm
Birmingham, The Barber Institute of Fine Arts
Photo : The Barber Institute of Fine Arts, University of Birmingham
Voir l´image dans sa page

La composition du paysage est déterminée par la ligne d’horizon située en partie basse du tableau. Elle offre au ciel et aux arbres s’y détachant à contre-jour les deux tiers de la toile tandis que la troupe de cavaliers - élément narratif secondaire - est astreinte au tiers inférieur. Elle évolue sur un chemin serpentant dont le premier plan est maintenu dans l’obscurité d’où émergent les silhouettes de quelques chevaux et militaires. La lumière est concentrée dans le ciel, très soigné, et projetée sur le chemin au gré des nuages et des feuillages, zones d’ombres et de clarté alternant. Cette œuvre est révélatrice de l’évolution stylistique de Salomon van Ruysdael qui, à partir des années 1640, s’oriente vers une gamme chromatique plus variée. L’orange des vêtements de certains cavaliers tout comme la robe blanche éclatante des chevaux rehaussent les camaïeux d’ocres et de gris bleutés toujours dominants.

Cette nouvelle acquisition du Barber Institute semble dessiner une transition entre les vues presque monochromes de Pieter Molijn et Jan van Goyen et les paysages plus idéalisés voire emphatiques de Jacob van Ruisdael.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.