Contenu abonnés

Un tableau d’Alonso Cano rejoint les collections de Séville

3/2/22 - Acquisition - Séville, Musée des Beaux-Arts - Le personnage ne fut pas immédiatement identifié lorsque le tableau reparut dans une vente en 1998. On crut d’abord reconnaître sainte Catherine de Sienne vêtue de l’habit dominicain, ou bien peut-être sainte Thérèse d’Avila. Il s’agit en réalité d’une autre carmélite, née cinquante ans après la sainte espagnole, au sein d’une famille de la noblesse florentine : sainte Marie-Madeleine de Pazzi (1566-1607).
Elle serre contre elle les instruments de la Passion, les verges de la flagellation, la couronne d’épines, les clous, l’éponge imbibée de vinaigre que le soldat présenta au Christ lorsqu’il eut soif, la lance qui lui transperça le cœur. Marie-Madeleine de Pazzi était une mystique qui mena une vie d’ascèse et connut des moments…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.