Contenu abonnés

Un Pissarro rejoint la National Gallery

16/7/20 - Acquisition - Londres, National Gallery - En 1884, Camille Pissarro s’installa dans un village de l’Oise, Éragny-sur-Epte, et y passa les vingt dernières années de sa vie. Il cultivait son terrain, élevait des animaux, pendant que Monet faisait de Giverny un jardin éblouissant aux multiples variétés de fleurs. Le Musée du Luxembourg avait consacré une exposition en 2017 [1] à cette période moins étudiée de la carrière de Pissarro. Ses toiles célèbrent les travaux des champs et la condition paysanne. Elles trahissent les opinions sociales et politiques de cet anarchiste qui fournit d’ailleurs des illustrations pour plusieurs journaux, et forma lui-même un recueil intitulé Turpitudes sociales. Elles marquent aussi un tournant dans son style, influencé par la rencontre de Seurat…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.