Contenu abonnés

Un nouveau tableau pour le Château de Nantes

28/1/20 - Acquisition - Nantes, Château des ducs de Bretagne - Si tous les regards des amateurs d’art étaient braqués sur le beau tableau de Gerbrand van den Eeckhout (voir l’article) qui constituait le lot phare de la vente organisée avant-hier chez Couton-Veyrac-Jamault, le Château de Nantes n’avait d’yeux que pour une toile en apparence plus modeste mais bien plus importante pour ses collections : cette vue de la place de la Liberté en 1791 (ill. 1) fut adjugée au musée pour 14 000 € marteau [1], loin des 120 000 € marteau de la grande scène biblique. Consacré à l’histoire de la Ville de Nantes, l’ancien château des ducs de Bretagne ne pouvait pas manquer de se porter acquéreur de ce tableau, d’autant qu’on conserve aujourd’hui peu de représentations de la Révolution à Nantes. Portant aujourd’hui le nom du maréchal Foch, l’ancienne place d’Armes avait pris celui de Louis XVI sous la Restauration, en raison de l’une des plus singulières particularités de Nantes : c’est l’une des très rares villes françaises qui possèdent une statue du monarque guillotiné, fort peu présent dans l’espace public.


1. Jean Baptiste Coste (1746-1819)
Nantes, la place de la Liberté, 1791
Huile sur toile - 73 x 97 cm
Acheté par le Château de Nantes
Photo : Ivoire Nantes
Voir l´image dans sa page

Le dernier souverain de l’Ancien Régime, pourtant encore au pouvoir en 1791, n’est pas présent sur ce tableau peint « l’an 2 eme de la liberté », et pour cause : sa statue ne trône que depuis 1823 au sommet de la colonne (ill. 2) visible au centre de la composition, qui portait alors le nom de colonne de la Liberté. Érigée en 1790, celle-ci fut financée par une dizaine d’architectes nantais souhaitant perpétuer le souvenir des grands travaux menés dans la ville depuis l’avènement de Louis XVI. Il était évidemment impensable de coiffer le monument d’une statue du roi au cours des années révolutionnaires ; le projet ne sera mené à bien qu’à la faveur de la Restauration.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.