Contenu abonnés

Un début d’année prometteur pour les ventes de tableaux anciens en France

2 2 commentaires

Si les musées restent interdits au public, pour des raisons que l’on peine de plus en plus à comprendre malgré l’aggravation de la crise sanitaire, ce n’est heureusement pas le cas - pour l’instant - des galeries et des salles de vente, ce qui permet au marché de l’art de fonctionner presque normalement et aux amateurs d’admirer quelques œuvres d’art. Si la fin de l’année 2020 fut très dynamique, marquée notamment par de nombreuses acquisitions de musées français, 2021 semble lui emboîter le pas : comme nous le verrons, de belles ventes de peinture ancienne sont déjà annoncées pour les prochaines semaines. Nous n’avons pas encore de visibilité complète sur leur calendrier, d’autant que certaines ont été ajournées, mais nous pouvons déjà présenter quelques-uns des plus beaux tableaux bientôt proposés à l’hôtel Drouot comme dans d’autres salles de ventes de France. Sculptures, meubles et objets d’art ne sont pas en reste mais feront l’objet d’un nouvel article, à l’instar des dessins anciens qui sont ordinairement proposés par centaines à l’occasion des ventes du mois de mars. Le report du Salon du Dessin au mois de juin [1] entraînera probablement celui de beaucoup de ventes parisiennes, même si nous avons déjà pu admirer de très belles feuilles bientôt proposées en vente publique.

Notre bref panorama évoquera donc simplement quelques tableaux importants, souvent inédits, aussi intéressants pour l’histoire de l’art que pour le patrimoine en général : espérons que certains d’entre eux puissent attirer l’attention des institutions françaises ou internationales. Dans cet article, ils ne sont pas présentés de manière chronologique mais selon leur date de vente ; nous avons également limité notre sélection à une période d’un mois et demi - à une exception près - afin de pouvoir reparler des œuvres qui seront mises en vente en février-mars.

1. Alexis-Simon Belle (1674-1734)
Portrait d’Antoine Crozat, marquis du Châtel, en habit de l’Ordre du Saint-Esprit
Huile sur toile - 138 x 105 cm
Vente Beaussant-Lefèvre,
hôtel Drouot, 22/1/21
Photo : Beaussant-Lefèvre
Voir l´image dans sa page

Commençons donc avec le portrait d’Antoine Crozat, marquis du Châtel (1655-1738), en habit de l’Ordre du Saint-Esprit (ill. 1) dont il fut Grand Trésorier de 1715 à 1724. Il sera l’un des lots vedette d’une vente étonnante qui aura lieu le 22 janvier chez Beaussant-Lefèvre à l’hôtel Drouot. Il s’agira de disperser les derniers éléments du siège parisien du Crédit Foncier, institution du crédit immobilier qui a récemment mis fin à ses activités. Le siège historique de la rue des Capucines, qui s’étendait jusqu’à la Place Vendôme, avait été cédé pour 250 millions d’euros au Qatar il y a quelques années, le Crédit Foncier restant simplement locataire jusqu’à la fin de l’année 2019. Une centaine d’œuvres se retrouve donc en vente après avoir décoré les salons de réception ou encore le bureau du gouverneur : le portrait d’Antoine Crozat, dont une étiquette…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.