Un dessin de Goethe apparaît à Lille

19/11/20 - Découverte - Lille - Le propriétaire a dû avoir un coup au cœur lorsqu’il a appris que le croquis (ill. 1) qu’il vendait aux enchères chez Mercier à Lille, hier, et qui était estimé 30 à 50 € s’est vendu… 121 000 €, prix marteau. Pourtant, tout était écrit sur l’œuvre : en allemand (ill. 2) au recto (presque illisible sur la photo) mais traduit en français au verso (ill. 3) :


1. Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) ?
Paysage de Thuringe, 1807 (?)
Lavis d’encre grise - 10 x 16,5 cm
Vendu à Lille, SVV Mercier le 18 novembre 2020
Photo : SVV Mercier
Voir l´image dans sa page

« Notice
Ce dessin a été fait par Gothe
[sic] dans la maison de Schopenhauer et donné par Gothe au frère de son amie, Johanna Schopenhauer le 18 février 1838.
C’est une vue prise à travers les arbres de "Paradis" sur la rivière la Saal[e] - la montagne derrière laquelle insensiblement se lève la lune, est le Hausberg - le signataire de ce document dont il m’est impossible de déchiffrer le nom ajoute : le dessin est un écho précieux des jours aimés de Jéna et de Weimar 1844 (traduction du texte allemand)
 »
« Gothe », c’est bien sûr en réalité Goethe. Remarquons toutefois que cette traduction est erronée, puisque Goethe est mort en 1832. Il est probable d’ailleurs que la date de la mention originale soit 1808, plutôt que 1838 (la photo néanmoins est mauvaise), ce qui semble cohérent avec celle portée sur le dessin qui, sous réserve encore, semble être 1807.


2. Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) ?
Paysage de Thuringe, 1807 (?)
Lavis d’encre grise - 10 x 16,5 cm
Vendu à Lille, SVV Mercier le 18 novembre 2020
Photo : SVV Mercier
Voir l´image dans sa page

Le dessin, très probablement donc de Goethe (il était présenté comme de « Gottre »), s’il ne portait cette mention et s’il n’était signé et daté en bas à droite serait sans doute passé totalement inaperçu. Les formes - la montagne, les arbres, dont on apprend grâce à ce texte qu’il s’agit d’oliviers de Bohème, dits « arbres de Paradis », cultivés en Allemagne depuis le XVIIIe siècle, la rivière, les nuages dans le ciel - sont traduites avec une économie de moyen impressionnante, qui empêche de bien les distinguer les uns des autres, tout en comprenant malgré tout de quel type de paysage il s’agit. Goethe voyagea très souvent dans cette région, la forêt de Thuringe, à partir de 1776, et il n’est donc pas étonnant qu’il la dessinât.


3. Recto du cadre avec le dessin de Goethe
Photo : SVV Mercier
Voir l´image dans sa page

Comme Victor Hugo, Baudelaire ou tant d’autres, Goethe fut en effet un écrivain qui dessinait, un aspect de sa personnalité souvent négligé mais qui a été évoqué récemment en France ces dernières années, en même temps que le romantisme pictural allemand était mis à l’honneur. Dans notre recension de l’exposition L’’Âge d’or du romantisme allemand. Aquarelles & dessins à l’époque de Goethe, le talent de l’artiste dans ce domaine était évoqué, et dans celle de l’exposition Sous le regard de Goethe. Deux siècles de dessins français des musées de Weimar, nous évoquions son goût pour le dessin français. L’œuvre de Goethe dessinateur a même été mis à l’honneur à la maison de Chateaubriand à Châtenay-Malabry en 2018, mais nous n’avions malheureusement pas vu cette exposition.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.