Contenu abonnés

Un buste de Louis-Claude Vassé acquis par le château de Versailles

6/11/19 - Acquisition - Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon - C’est avec un grand naturalisme que le ciseau de Louis-Claude Vassé a restitué les traits de François Quesnay (1694-1774), saisis au soir de sa vie : dans ce buste en marbre (ill. 1 et 2), le modèle est âgé de soixante-seize ans. Le sculpteur a d’abord réalisé une esquisse en terre cuite de l’effigie de Quesnay, alors au sommet de sa gloire ; signée et datée de 1769, elle est conservée aux Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles [1] depuis la fin du XIXe siècle : le buste en marbre que vient d’acquérir le château de Versailles était considéré perdu jusqu’à ce qu’il ressurgisse lors d’une vente aux enchères à Paris au printemps 2012, où il fut finalement ravalé.


1. Louis-Claude Vassé (1716-1772)
François Quesnay, 1770
Marbre - 67 x 37 x 30 cm
Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
Photo : RMN-GP/C.Fouin
Voir l´image dans sa page
2. Louis-Claude Vassé (1716-1772)
François Quesnay, 1770
Marbre - 67 x 37 x 30 cm
Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
Photo : RMN-GP/C.Fouin
Voir l´image dans sa page

Importante figure intellectuelle du Siècle des Lumières, François Quesnay fut avant tout un économiste, chef de file des physiocrates. S’il ne publia aucun livre sur ce thème avant ses soixante ans, il fut chargé de rédiger plusieurs articles pour l’Encyclopédie que coordonnaient Diderot et d’Alembert. Fils d’un simple laboureur, né près de Montfort-l’Amaury, il s’installa comme chirurgien à Mantes-la-Jolie en 1718. Protégé du maréchal de Noailles, secrétaire de l’Académie royale de chirurgie, il entra au service de madame de Pompadour à partir de 1749 et fut nommé médecin consultant puis premier médecin du roi Louis XV, qui l’appelait « mon penseur ». Ce n’est donc qu’après avoir mené cette brillante carrière, qui fit de lui un homme parfaitement introduit à la cour de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.