Tableaux, dessins et estampes : une collection offerte aux Musées de Strasbourg

Didier Rykner 1 1 commentaire

C’est un événement de plus en plus rare dans la vie des musées, notamment dans celle des musées français. Strasbourg vient en effet d’annoncer le don remarquablement généreux et important d’une collection entière de dix-sept tableaux anciens et trente-six dessins du XVIe au XIXe siècle. Trois entités sont concernés : le Musée des Beaux-Arts qui recevra les tableaux anciens, le Cabinet des Estampes qui conservera les dessins et les estampes, à l’exception de deux feuilles de la fin du XIXe siècle qui seront affectées au Musée d’art moderne et contemporain.


1. Gerrit Berckheyde (1638-1698)
Vue du Damstraat d’Harleem vu du Spaarne, avec la Maison
du Poids (Waag House) à droite et l’église de Saint Bavon

Huile sur panneau - 37 x 52 cm
Strasbourg, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musées de Strasbourg
Voir l´image dans sa page

Cette collection, a été constituée au cours des trente dernières années par deux femmes : Madame Marie-Claire Ballabio, qui est l’auteur du don, et Madame Jeannine Poitrey aujourd’hui décédée. Elle comprend des œuvres majeures comme en témoigne la liste que nous publions ici. Nous ne disposons pas encore de toutes les illustrations (nous les publierons bientôt, une fois que la campagne photographiques sera terminée), mais celles que nous pouvons reproduire ici témoignent de la qualité de cet ensemble. On peut remarquer que les peintures sont pour l’essentiel des œuvres de petit ou de moyen format. Signalons aussi que l’esquisse en grisaille d’Orazio Borgianni (ill. 2) est selon le musée unique à deux points de vue : il s’agit de la seule œuvre en grisaille conservée de cet artiste caravagesque, et de son seul bozzetto connu. Le Sassoferrato (ill. 3), même s’il s’agit d’un sujet fréquent chez l’artiste qui est connu pour répéter à de multiples reprises les mêmes compositions semble de particulièrement grande qualité, « l’un des plus réussis du peintre » selon François Macé de Lépinay qui travaille sur cet artiste. Le rondo de Signorelli (ill. 4) provient d’un grand retable démembré. Enfin, parmi les raretés dans les musées français (sauf erreur, aucun ne conserve d’œuvres de cet artiste), on peut noter la présence d’un panneau de Marx Reichlich, peintre autrichien actif à l’extrême fin du XVe siècle.


2. Orazio Borgianni (1578-1616)
Saint Charles Borromée visitant les pestiférés
Huile sur panneau - 63 x 50 cm
Strasbourg, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musées de Strasbourg
Voir l´image dans sa page

Peintures :

Gerrit Berckheyde, Vue du Damstraat (ill. 1).
Nicolas Bertin, Daniel dans la fosse aux lions, Huile sur toile, 64,5 x 81 cm.
Orazio Borgianni, Saint Charles Borromée visitant les pestiférés (ill. 2).
Attribué à Aniello Falcone, Les Pèlerins d’Emmaüs, Huile sur toile, diam. 38 cm.
Franz Francken II, Le Couronnement de la Vierge, Huile sur panneau, 48 x 38 cm.
Paolo de Matteis, Vierge de l’Annonciation, Huile sur cuivre, 10 x 8 cm.
Pieter Neefs II, La Délivrance de saint Pierre, Huile sur panneau, 49 x 65.
Gian Battista Pittoni, Tête de la Vierge, Huile sur toile, 46 x 38 cm.
Marx Reichlich, Saint Jean l’Évangéliste, Huile sur panneau, 30 x 18,5 cm.


3. Giovanni Battista Salvi, dit il Sassoferrato (1609-1685)
Vierge en prière
Huile sur toile - 67 x 56 cm
Strasbourg, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musées de Strasbourg
Voir l´image dans sa page

Giovanni Battista Salvi dit Sassoferrato, Vierge priant (ill. 3).


4. Luca Signorelli (vers 1450-1523)
Prophète tenant un rouleau
Tempera sur panneau - D. 18 cm
Strasbourg, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musées de Strasbourg
Voir l´image dans sa page

Luca Signorelli, Prophète tenant un rouleau (ill. 4).
David Teniers II, Ermite assis sur un rocher à l’entrée d’une grotte, Huile sur panneau, 24 x 34,5 cm.
Francesco Trevisani, Crucifiement de saint André, Huile sur toile, 47 x 33 cm.
Francesco Trevisani, La Crucifixion, Huile sur toile, 98 x 60 cm.
École de Bruges XVIe, L’Incrédulité de saint Thomas, Huile sur panneau, 88 x 85 cm.
École napolitaine XVIIe, La Libération de saint Pierre, Huile sur toile, environ 90 x 150 cm (à préciser).

L’ensemble des dessins[[Les techniques nous ont été fournies de manière succincte, nous compléterons lorsque toutes les informations seront disponibles) semble selon cette liste (mais nous ne disposons que de peu de reproductions) tout à fait remarquable. Outre le Bloemaert (ill. , deux dessins sont cités par le musée comme particulièrement spectaculaires : le Gian Domenico Tiepolo et le Fragonard.

Dessins (au Cabinet des Estampes) :


5. Johann Wilhem Baur (1607-1640)
Bataille de cavalerie
Gouache sur vélin - 13,2 x 18,4 cm
Strasbourg, Cabinet des Estampes et des Dessins
Photo : Musées de Strasbourg
Voir l´image dans sa page

Johann Wilhelm Baur, Bataille de cavalerie (ill. 5).
Jan Brueghel l’ancien, Étude de biches, Encre, 13,5 x 19,7 cm.
Esaias van de Velde, Paysage hivernal, Encre, 19 x 28,2 cm.
Pieter van Lint, Vénus traversant les cieux, 1636, Trois crayons, 41,2 x 21,6 cm.
Ludolf Bakhuizen, Paysage hivernal, Encre, 18,1 x 30,8 cm.
Samuel van Hoogstraten, Visitation, Encre, 23 x 17,8 cm.
Abraham Storck, Marine, 1674, Encre, 21,5 x 16,6 cm.
Nicolaes Berchem, Paysage, Lavis, 18,7 x 29,2 cm.


6. Abraham Bloemaert (1566-1651)
Saint Luc, 1629
Encre brune et lavis brun - 20,6 x 16,3 cm
Strasbourg, Cabinet des Estampes et des Dessins
Photo : Musées de Strasbourg
Voir l´image dans sa page

Abraham Bloemaert, Saint Luc (ill. 6).
Giuseppe Vermiglio, Tête d’Abraham, Sanguine, 23 x 17,6 cm.
Pietro Novelli, Vierge entourée de saints, Lavis, 19,4 x 17,1 cm.
Atelier de Bartolomeo Vivarini, Saint Barthélémy, Encre, 21 x 14,5 cm.
Alessandro Magnasco, Moines à table, Gouache, 24 x 34,3 cm.
Luca Cambiaso, Le Christ et la Samaritaine, vers 1650, Encre, 37,5 x 29 cm.
Attribué à Girolamo Muziano, Saint Jérôme ermite, Sanguine, 18 x 13 cm.
Ventura Salimbeni, Naissance de saint Jean-Baptiste, Encre, 24,1 x 27,4 cm.
Pietro Faccini, Homme nu, Sanguine, 43 x 25 cm.
Giandomenico Tiepolo, Flagellation du Christ, Encre, 19 x 17,2 cm.
École romaine fin XVIe siècle, Le Prophète Ézechiel, Encre, 25,6 x 19,7 cm.
Carletto Caliari, Le Festin des dieux, Pierre noire, 23,8 x 20 cm.
Italie, fin XVIIe siècle, Le Christ et les pèlerins d’Emmaüs, Pierre noire, 17 x 13,6 cm.
Autour de Carlo Maratta, Corbeau apportant du pain à saint Paul et saint Antoine, Pierre noire, 28 x 19 cm.
Domenico Campagnola, La Flagellation, Encre, 22 x 37,8 cm.
Fra Semplice da Verona, Pierre noire, 29,4 x 19,6 cm.
Italie, XVIIe siècle, Nativité, Gouache, 16,2 x 13,6 cm.
Jean-Baptiste Greuze, Un père, les bras tendus, Pierre noire, 31,6 x 21 cm.
Louis-Philippe Crépin, Bateaux, Pierre noire, 30,7 x 26,6 cm.
Carle van Loo, L’Enfant Jésus dans les bras de la Vierge, Pierre noire, 24,7 x 21,6 cm.
Jean-Honoré Fragonard, Vision de saint Jérôme, Pierre noire, 21,1 x 20 cm.
Jean Restout, Deux études de tête, Pierre noire, 32,6 x 20,5 cm.
Charles de la Fosse, Trois enfants, Trois crayons, 42,5 x 25,7 cm.

Dessins (au Musée d’Art moderne et contemporain) :
Johan Barthold Jongkind, La rue Saint-Pont/Saint-Séverin, 1876, Craie noire, aquarelle, 25,5 x 16,5 cm.


7. Gustave Doré (1832-1883)
Géraint et Enide sortant de la forêt
Pierre noire, lavis brun, rehauts de blanc - 42,2 x 32,2 cm
Strasbourg, Musée d’Art moderne et contemporain
Photo : Musées de Strasbourg
Voir l´image dans sa page

Gustave Doré, Géraint et Enide sortant de la forêt (ill. 7)


8. Rembrandt van Rijn (1606-1669)
La Mère de l’artiste
Eau-forte - 14,8 x 13,2 cm
Strasbourg, Cabinet des Estampes et des Dessins
Photo : Musées de Strasbourg
Voir l´image dans sa page

La collection comprend également cinq gravures qui rejoindront le Cabinet des Estampes dont un Rembrandt, La Mère de l’artiste, un burin d’Albrecht Dürer (La Vierge, sainte Anne et l’enfant Jésus), un burin de Hans Sebald Beham (La Vierge et l’enfant), un burin et eau-forte de Giovanni Battista Franco (L’empereur Constantin) et enfin une eau-forte de Jacques Callot, l’une de ses plus connues, et des plus grandes : La Tentation de saint Antoine.

Cette donation sera présentée dans son intégralité dans une exposition organisée à la galerie Heitz du Palais Rohan du 22 novembre 2019 au 24 février 2020.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.