Contenu abonnés

Signorelli et Sodoma à Monte Oliveto Maggiore

1 1 commentaire

Né en 1272 à Sienne d’une famille riche, Jean Tolomei, qui se fit appeler plus tard Bernard en hommage à Bernard de Clairvaux, décida à l’âge de 40 ans de vivre en ermite, accompagné par des amis et fidèles de plus en plus nombreux. Il eut un jour une vision : un escalier d’argent s’élevant dans le ciel, vers le Christ et la Vierge, et où montaient des moines bénédictins. C’est à l’emplacement de cette vision que fut construit le monastère de Monte Olivetto, aujourd’hui toujours occupé par les bénédictins. Le peintre Ermegildo Costantini a représenté cette scène édifiante au plafond de l’abbatiale (ill. 1).


1. Ermenegildo Costantini (1731-1791)
Vision de saint Bernardo Tolomei, 1780
Fresque
Abbaye de Monte Oliveto Maggiore
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Mais le chef-d’œuvre de cette splendide abbaye située dans un paysage non moins magnifique demeure le décor du grand cloître représentant la vie de saint Benoît d’après les écrits de saint Grégoire le Grand, dû à deux artistes majeurs de la Renaissance, Luca Signorelli et Sodoma. L’abbé Domenico de Airoldi de Lecco appela le premier en 1495 et le second en 1505. Bien qu’ayant entamé le cycle, Signorelli commença par des épisodes datant de la maturité du saint. Sodoma peignit des scènes se déroulant plus tôt, puis poursuivit chronologiquement la dernière scène peinte par son prédécesseur. On peut donc visiter le cloître en commençant par les fresques les plus anciennes, celles de Signorelli, et en terminant par celles de Sodoma. Mais la logique de déambulation veut que l’on suive plutôt l’ordre chronologique des scènes représentées et c’est ce que nous ferons dans cet article qui n’a d’autre ambition que de donner envie au lecteur qui le pourra d’aller voir sur place ce dont des photographies ne donne qu’une pâle idée.


2. Giovanni Antonio Bazzi, dit il Sodoma (1477-1549)
Saint Benoît donne la règle aux moines olivétains
Fresque
Abbaye de Monte Oliveto Maggiore
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Dans la fresque se trouvant juste à l’entrée du cloître, qui constitue une espèce de préface au cycle (ill. 2), Sodoma représente saint Benoît donnant sa règle, sous laquelle Bernard Tolomei plaça sa congrégation, à deux moines bénédictins reconnaissables à leur robe blanche.


3. Giovanni Antonio Bazzi, dit il Sodoma (1477-1549)
Comment Benoît quitte la maison paternelle et se rend à Rome pour y étudier
Fresque
Abbaye de Monte Oliveto Maggiore
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Dans la première scène de la paroi est (ill. 3), où commence réellement l’histoire de saint Benoît, on voit le jeune homme à cheval, en compagnie de sa nourrice Cyrilla, quitter ses parents et sa sœur Scolastique. Celle-ci, dont le lien de parenté avec Benoît reste hypothétique, devint également une sainte.


4. Giovanni Antonio Bazzi, dit il Sodoma (1477-1549)
Comment Benoît abandonne l’école de Rome
Fresque

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.