Contenu abonnés

Sélection d’œuvres mises en ventes chez AuctionArt

28/11/22 - Marché de l’Art - C’est un chef-d’œuvre du début du XVIe siècle qui devrait retenir l’attention des musées français : une Vierge à l’enfant de Michel Colombe affrontera le feu des enchères le 30 novembre prochain, mise en vente à Drouot par AuctionArt - Rémy Le Fur & Associés (ill. 1). Réalisée en terre cuite vers 1510, elle ornait le château de La Carte à Ballan-Miré, en Indre et Loire ; son commanditaire, Jacques de Beaune, baron de Semblançay, fut successivement trésorier d’Anne de Bretagne (1491), général des finances du Languedoc (entre 1495 et 1516) et surintendant des finances de François Ier (en 1518), avant de finir pendu sur ordre du roi, accusé de malversation. La sculpture, classée monument historique depuis 1976, avait été vue dans l’exposition « France 1500 » du Grand Palais en 2010 (voir l’article).


1. Michel Colombe (vers 1430-vers 1515)
Vierge à l’enfant, vers 1500-1510
Terre cuite - 102 x 40 cm
Estimation 2 000 000-3 000 000 €
Vente Paris, Drouot, AuctionArt - Rémy Le Fur & Associés
le 30 novembre à 14h
Photo : bbsg
Voir l´image dans sa page

Si Michel Colombe fut l’un des plus grands sculpteurs tourangeaux du début du XVIe siècle, très peu d’œuvres de sa main sont aujourd’hui connues. Il est notamment l’auteur du retable de la chapelle haute du château de Gaillon, commandé par Georges d’Amboise, archevêque de Rouen, et conservé aujourd’hui au Musée du Louvre. On lui doit aussi le tombeau du duc et de la duchesse de Bretagne, visible à la cathédrale de Nantes, sculpté d’après un dessin de Jean Perréal. Geneviève Bresc-Bautier dans le catalogue « France 1500 » rapproche cette Vierge à l’Enfant de la Prudence, l’une des quatre vertus cardinales qui entourent les gisants du tombeau. Les deux femmes ont un front large et bombé, des yeux en amandes, un petit menton rond ; le traitement des plis de la robe est également similaire. La Vierge de Colombe séduit par son humanité, la simplicité de son vêtement, la…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.