Contenu abonnés

Rembrandt Rothschild : le trouble jeu du ministère de la Culture

1 1 commentaire

La situation évolue très vite. Voir la brève publiée le 25/9/15, lendemain de la parution de cet article.

C’est un véritable jeu de poker menteur qui se déroule en ce moment autour des deux Rembrandt Rothschild, entre les Pays-Bas et la France. Hélas, l’un des joueurs – le ministère de la Culture français – est réellement en dessous de tout. Les événements le dépassent, il feint de les organiser !


1. Rembrandt van Rijn (1606-1669)
Portrait de Marten Soolmans, 1634
Huile sur toile - 210 x 135 cm
Paris, collection Éric de Rothschild
Photo : WGA (domaine public)
Voir l´image dans sa page
2. Rembrandt van Rijn (1606-1669)
Portrait de Oopjen Coppit,
épouse de Marten Soolmans
, 1634
Huile sur toile - 210 x 134 cm
Paris, collection Éric de Rothschild
Photo : WGA (domaine public)
Voir l´image dans sa page

Reprenons le fil des événements de ces derniers jours :

- Le Rijksmuseum annonce qu’il va essayer d’acheter les œuvres et qu’il est déjà à la recherche du financement (voir la brève du 24/8/15) ;

- Le 27 août, Claire Bommelaer révèle dans Le Figaro que les ministères de la Culture français et néerlandais avaient pourtant envoyé en juillet au propriétaire des tableaux, Éric de Rothschild, un courrier pour l’informer qu’ils envisageaient l’achat en commun, pour ensuite exposer la paire en alternance au Louvre et au Rijksmuseum ; le Louvre et le ministère expliquent alors doctement qu’ils ont pensé à cette solution en même temps qu’ils accordaient le passeport, ce qui est évidemment totalement faux. Si La Tribune de l’Art n’avait pas révélé le scandale, relayé ensuite dans de nombreux journaux, dont L’Express, le ministère n’aurait jamais rien tenté. Les nombreuses protestations ont simplement fini par convaincre le gouvernement qu’il faisait une grosse erreur.

- Trahissant d’une certaine manière les engagements pris avec le ministère français, les Pays-Bas confirment de leur côté vouloir acquérir les tableaux tout seuls, et présentent l’affaire comme presque terminée, le gouvernement néerlandais annonçant avoir trouvé l’argent pour l’un, et le Rijksmuseum confirmant…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.