Petite conversation entre amis amateurs de terrasses

2 2 commentaires
1.Terrasse couverte construite sur la place des Vosges sans autorisation
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

À Paris, rien n’est jamais la faute de la municipalité. Jamais. Un nouvel exemple vient de nous en être fourni avec la construction parfaitement illégale d’une terrasse fermée (ill. 1) sous une arcade de la place des Vosges (voir l’article). La réaction du maire de Paris Centre, Ariel Weil, est claire : il déplore manifestement l’affaire, mais explique qu’il n’y peut rien, qu’il n’a aucun pouvoir…

En admettant que ce soit vrai (il y a en réalité beaucoup de façons d’agir pour une municipalité), les faits sont hélas un peu gênants. Car une recherche assez simple sur Internet nous a permis de constater que Dorine Bregman, l’adjointe au Maire de Paris Centre « en charge de la propreté de l’espace public, des commerces et de l’artisanat de proximité, de la vitalité économique et du tourisme », donc responsable, entre autre, des terrasses, se montre sans complexe auprès d’Emmanuel Sauvage qui n’est autre que le directeur général d’Evok, le groupe hôtelier propriétaire de l’hôtel Cour des Vosges qui a installé la structure.



Le 6 octobre dernier en effet, soit sensiblement en même temps que la terrasse se construisait comme le prouve ce tweet daté du 10 octobre (voir ci-dessus) montrant les travaux en cours et déjà bien avancés, Emmanuel Sauvage était l’invité de la mairie de Paris, pour une « conversation » avec… Dorine Bregman. Il s’agissait de parler de « La nouvelle hôtellerie contemporaine » dont le groupe Evok semble être un des fleurons.
La coïncidence des deux événements est remarquable, d’autant que la rencontre ne semble pas avoir été trop tendue ! Sur Linkedin, Emmanuel Sauvage remerciait chaleureusement la Mairie de Paris et Dorine Bregman de l’« avoir invité à prendre la parole sur [s]on parcours et les enjeux du recrutement […] » (ill. 2). Cette publication était « likée [1] » par Dorine Bregman elle-même (ill. 3).


2. Remerciements d’Emmanuel Sauvage à Dorine Bregman sur sa page Linkedin
Voir l´image dans sa page
3. Dorine Bregman a apprécié ces remerciements
Voir l´image dans sa page

Celle-ci, sur sa propre page Linkedin, signalait également la publication d’un article sur sa « conversation » avec Emmanuel Sauvage paru sur le site « L’hôtellerie Restauration » (ill. 4).


4. Dorine Bregman décidément très heureuse de cette conversation
Voir l´image dans sa page

L’intérêt de l’adjointe pour les terrasses de Paris Centre qui rentrent dans ses prérogatives est avéré, puisqu’elle tweetait le 29 juillet dernier (voir ci-dessous) « J’ai déjà ma petite idée sur les lauréates potentielles à #ParisCentre », à propos d’un concours sur « les plus belles terrasses ».



Dorine Bregman, que nous avons interrogée pour nous inquiéter de sa proximité avec le groupe Evok nous a fait la réponse suivante : «  M. Sauvage est intervenu le 6 octobre dans le cadre d’un forum de recrutement spécial Hôtellerie, cafés et restauration qui s’est tenu à Quartier Jeunes, afin de s’adresser aux jeunes qui cherchent du travail. Le groupe Evok, dont il est le directeur général, est un employeur en recherche de profils diversifiés pour ses différents établissements. J’ai animé son intervention en effet au titre de mes délégations sur la vitalité économique (qui inclut l’emploi) et le tourisme.
Par ailleurs, sur le dispositif de couverture qui vient d’être installé sur la terrasse de l’hôtel Cour des Vosges, vous savez déjà puisque vous avez reçu des réponses détaillées du maire de Paris centre, Ariel Weil, qu’il s’agit d’un sujet spécifique lié au statut privé des arcades de la place des Vosges : l’État est seul compétent au titre de la protection des monuments historiques.
 »

Sur le premier point, elle ne fait que confirmer nos informations. Et il n’y a bien sûr rien d’illégal à converser en public sur l’emploi des jeunes dans le cadre d’un forum sur « la nouvelle hôtellerie contemporaine », même avec le directeur général du groupe qui est en train d’installer au même moment une excroissance sur la place des Vosges.
Quant au « statut privé des arcades de la place des Vosges », il n’absout en rien, comme on l’a dit, le non respect du Code du Patrimoine.

Si Dorine Bregman n’est évidemment pas responsable, cette affaire fait un peu désordre. L’élue en charge des terrasses s’affiche publiquement avec le responsable de l’installation d’une terrasse illégale sur un arrondissement dont elle est élue. Difficile, vraiment, de croire qu’elle n’était pas au courant. Tout cela ressemble à un mélange des genres un peu curieux et assez regrettable. On espère en tout cas qu’elle interviendra publiquement, notamment sur Twitter et sur Linkedin, pour demander au groupe Evok d’enlever très rapidement cette verrue, et que s’il ne le faisait pas, elle cessera désormais d’inviter son directeur à papoter entre amis.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.