Contenu abonnés

Les sculptures du retable d’Issenheim en cours de restauration

Didier Rykner

11/3/19 - Restauration - Colmar, Musée d’Unterlinden - Nous avions, dans un précédent article, évoqué la question de la restauration des sculptures de Nicolas de Haguenau pour le retable d’Issenheim (ill. 1), menée parallèlement à celle des peintures de Grünewald. Ces sculptures se trouvent actuellement au Centre d’Étude et de Restauration des Musées de France, au pavillon de Flore du Louvre où leur étude est en cours qui a permis au comité scientifique de déterminer jusqu’où pourra aller la restauration.


2. Nicolas de Haguenau (présence attestée jusqu’en 1526-mort avant 1538)
Retable d’Issenheim
Colmar, Musée d’Unterlinden
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. Schéma montrant les repeints des parties sculptées du Retable d’Issenheim
Document Juliette Lévy
Voir l´image dans sa page

L’étude de ces œuvres en bois de tilleul a permis un certain nombre de constats dont le plus important est que la polychromie est pour une grande partie celle d’origine. Les seuls repeints importants se trouvent à la base des sculptures, sur le sol notamment, ainsi que sur la tunique de saint Augustin (le bras et le col). Un schéma (ill. 2) montre la surface relativement petite de ces repeints, sous lesquels la polychromie d’origine est bien conservée.


3. Nicolas de Haguenau (présence attestée jusqu’en 1526-mort avant 1538)
Groupe d’apôtres du Retable d’Issenheim
avec tests de nettoyage
Colmar, Musée d’Unterlinden
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
4. Nicolas de Haguenau (présence attestée jusqu’en 1526-mort avant 1538)
Christ du Retable d’Issenheim
Colmar, Musée d’Unterlinden
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

La première opération menée consistera en un dépoussiérage complet. Puis, aura lieu un refixage de la polychromie d’origine qui s’écaille en partie, parfois de manière importante comme sur le visage du donateur.
Viendra ensuite un nettoyage qui enlèvera une grande partie de la couche de crasse qui s’est…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.