Contenu abonnés

Les Colbert, ministres et collectionneurs

Château de Sceaux, du 13 décembre 2019 au 12 avril 2020 (fermée mi-mars)

La famille Colbert est chez elle à Sceaux, même si le château des ducs de Trévise n’a plus grand-chose à voir avec celui qu’habitait la puissante dynastie de ministres. Propriété du département des Hauts-de-Seine, le château de Sceaux a rouvert ses portes - après de longs mois de fermeture - avec une passionnante exposition Colbert, qui venait, tardivement mais opportunément, célébrer le quatrième centenaire de la naissance du grand ministre de Louis XIV [1]. Malheureusement, celle-ci a véritablement enchaîné les déconvenues : lors de son ouverture, en décembre, le pays tout entier était paralysée par les grèves, ce qui a donc découragé une partie du public parisien de s’y rendre. Par la suite, plusieurs avis de tempête ont entraîné la fermeture du parc de Sceaux le week-end puis ce fut le confinement qui vint donner le coup de grâce, condamnant le dernier mois de l’exposition, prévue jusqu’au 12 avril.


1. Vue de l’exposition Les Colbert, ministres et collectionneurs au château de Sceaux
Photo : CD 92/O. Ravoire
Voir l´image dans sa page
2. Vue de l’exposition Les Colbert, ministres et collectionneurs au château de Sceaux
Photo : CD 92/O. Ravoire
Voir l´image dans sa page

Le grand intérêt intellectuel et esthétique d’une telle manifestation - qu’on pouvait cependant espérer plus ambitieuse - justifie amplement de l’évoquer ici, même si plus aucun visiteur ne pourra la voir, et qu’aucun catalogue n’est encore disponible. C’est d’ailleurs le véritable point noir de cette exposition, d’autant qu’il s’agit aussi d’une triste habitude de la part du château de Sceaux : on se souvient de l’impatience des amateurs qui ont attendu longtemps le catalogue de l’excellente exposition sur le Salon de 1704 (voir l’article). A l’automne 2016, Sceaux avait également accueilli une fabuleuse sélection des plus beaux dessins français du XVIIe siècle du Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, qui fut d’ailleurs prolongée…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.