Les Amis du Louvre échapperont à la réservation obligatoire

Didier Rykner 1 1 commentaire
Courriel envoyé par les Amis du Louvre
le 2 septembre 2019
Voir l´image dans sa page

4/9/19 - Musée - Paris, Musée du Louvre - Nous avons eu la confirmation que les Amis du Louvre ne seraient pas concernés par l’obligation de réserver et bénéficieront toujours de la priorité. À ce propos, leur communication a tout de même été étrange. On a ainsi appris, avant-hier que : « certains médias ayant suggéré que l’accès libre et sans réservation pour les Amis du Louvre serait compromis, nous tenons avec le musée à vous préciser qu’il n’en est rien ». Fatalement, nous nous sommes un peu senti concernés par cette expression : « certains médias », qui tendrait à laisser entendre que nous vous avons mal informés. Or ce ne ne sont pas « certains médias » qui ont donné cette nouvelle, mais bien le Louvre, à plusieurs reprises, par la voix de Vincent Pomarède un de ses administrateurs généraux adjoints ! C’est bien lui en effet qui a dit : « Nous allons mettre en place la réservation obligatoire avant la fin de l’année et tous les publics devront réserver » comme le rapporte Le Point. Manifestement, le sens du mot « tous » lui échappe. Et ce n’est pas le journaliste qui a mal rapporté ses propos, puisqu’il les a répétés plusieurs fois devant les caméras (par exemple ici).

Si les Amis du Louvre semblent donc épargnés, on ne connaît rien des modalités de la mise en place de cette réservation obligatoire (et le Louvre n’en connait probablement rien non plus encore tant il navigue à vue). Qu’en sera-t-il des autres publics bénéficiant de la gratuité ? Les agents du ministère de la Culture devront-ils réserver ? Les chômeurs ? Les handicapés ? Les enfants de moins de 18 ans ? Les jeunes de la Communauté Européenne entre 18 et 25 ans ? Les cartes ICOM ? Les journalistes ? Font-ils partie de « tous les publics » évoqués par Vincent Pomarède ? Le flou, pour l’instant, est total, comme il l’est également sur l’entrée prioritaire (la réservation est une chose, l’entrée prioritaire en est une autre). Ce qui est certain, c’est que cet été nous avons eu droit à tous les cas de figures dont nous avons testé nous-même certains. Ainsi, une journée, nous avons voulu entrer dans l’aile Richelieu avec notre carte d’Amis du Louvre sans faire la queue avec le reste du public, et le gardien nous a dit que normalement ce n’était pas possible de passer prioritairement (avant de gentiment nous permettre malgré tout de le faire). Depuis quelques semaines, sur ce plan, les choses sont rentrées dans l’ordre. Mais pour les autres publics que les Amis du Louvre (qui devront tout de même réserver pour l’exposition Léonard), nul ne sait ce qu’il en sera.

Quoi qu’il en soit, nous répétons qu’imposer la réservation obligatoire, même uniquement pour le public payant, est une idée absurde (voir l’article) qui ne se justifie aucunement. Attendons maintenant sa mise en œuvre...

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.