Le Mars de Giambologna retiré de la vente par Sotheby’s et vendu à Dresde

4/7/18 - Acquisition - Dresde, Staatliche Kunstsaamlungen (Skulpturen Saamlungen - L’œuvre devait être une des vedettes de la vente de Sotheby’s aujourd’hui à Londres. Mais ce Mars de Giambologna a finalement été retiré pour être cédé directement aux musées de Dresde. Il faut dire que l’affaire tournait au scandale national de l’autre côté du Rhin et que le propriétaire de la sculpture, les laboratoires Bayer, étaient sur la sellette.


Giambologna (1529-1608)
Mars
Bronze - H. 39,3 cm
Dresde, Staatliche Kunstsammlung
Photo : Sotheby’s
Voir l´image dans sa page

Giambologna avait offert ce bronze à l’électeur de Saxe, Christian Ier, et la sculpture était restée dans la maison royale de Saxe jusqu’en 1919, date à laquelle elle avait été nationalisée. En 1924, elle est restituée puis vendue en 1927 avant d’être léguée en 1988 à la firme pharmaceutique Bayer AG. C’est cette entreprise qui l’a exportée, légalement mais fort discrètement, hors d’Allemagne, via la Suisse, afin qu’elle soit cédée aux enchères à Londres via Sotheby’s.

Mais cette vente a déclenché une telle levée de boucliers en Allemagne, à la fois par l’importance de l’œuvre et parce que la société Bayer fait plusieurs milliards de bénéfice, que cette dernière a dû renoncer à la proposer aux enchères. La ministre de la Culture de l’État fédéral, Monika Grutiers, avait lancé un appel à la « responsabilité sociale du groupe ». Celui-ci l’a finalement cédée directement via Sotheby’s aux musées de Dresde pour une somme confidentielle mais dont des sources nous ont dit être de 6,5 millions de livres. Soit plus que les 3 à 5 millions d’estimation, mais beaucoup moins que les quinze millions qu’en attendait la maison de vente. Sur cette somme, un million sera fourni par les musées de Dresde (dont les budgets sont faibles), le reste du financement provenant de l’État fédéral, de l’État de Saxe et de plusieurs fondations.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.