Contenu abonnés

Le jardin Cœurderoy et l’abbaye de Moutiers-Saint-Jean

Didier Rykner 5 5 commentaires

Qui peut s’attendre, à découvrir en Bourgogne, à Moutiers-Saint-Jean très exactement, un jardin italien ? Certes, non loin de là se trouve le château d’Ancy-le-Franc, dû à Serlio, mais celui-ci date du XVIe siècle. Le jardin en question, qui peut faire penser un moment que l’on se trouve en Toscane ou dans le Latium, non loin de Tivoli, fut créé à la fin du XVIIe siècle pour le président du parlement de Bourgogne, Jean Cœurderoy. Celui-ci s’était fait construire un hôtel particulier dans un petit parc situé au milieu du village (il s’agit pour l’essentiel d’un village-rue), qui donne sur les remparts dont il existe encore une tour intacte (ill. 1). Le jardin dont il est question ici se trouve hors de l’enceinte, de l’autre côté de la route qui la longe (ill. 2), mais est relié au parc de l’hôtel Cœurderoy par un petit souterrain passant sous cette voie.


1. Remparts de Moutiers-Saint-Jean
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. Moutiers-Saint-Jean
Au fond, l’église, à gauche, les remparts, à droite,
le jardin Cœurderoy
Voir l´image dans sa page

3. Jardin Cœurderoy de Moutiers-Saint-Jean
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
4. Jardin Cœurderoy de Moutiers-Saint-Jean
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Nous ne pourrons donner ici davantage de renseignements sur ce jardin (ill. 3 à 7), car la bibliographie est rare et l’ensemble ne paraît pas avoir été étudié de manière approfondie (une recherche rapide à la bibliothèque de l’INHA n’a rien donné). Remarquons simplement qu’à l’origine, l’ensemble était largement irrigué grâce à un réseau hydraulique qui alimentait les bassins ainsi qu’une grotte (ill. 5). Les photos parleront mieux que n’importe quel texte. Il est certain que ce lieu, classé monument historique mérite assurément un détour, d’autant que le propriétaire laisse fort généreusement l’accès libre aux visiteurs, et que même dans le cas où le jardin serait fermé, on peut largement l’admirer de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.