Contenu abonnés

La Fondazione De Vito, l’art napolitain non loin de Florence

2 2 commentaires

Cet article de la rubrique Itinéraires est exclusivement réservé à nos abonnés.

Encore peu connue, la Fondazione De Vito, créée par Giuseppe De Vito, est dédiée à l’art napolitain et conserve une collection remarquable de tableaux du Seicento de cette école. Située à quelques kilomètres de Fiesole, son accès difficile au milieu de la campagne, dans un endroit escarpé, et l’aménagement de la maison ne permettant pas d’accueillir largement le public, empêche son ouverture à la visite libre. Elle peut en revanche recevoir les amateurs pourvu qu’ils se fassent connaître à l’avance. Nous ne saurions trop suggérer à nos lecteurs de se rendre, s’ils le peuvent, dans cet endroit fascinant.


1. Villa di Olmo,
siège de la Fondazione De Vito
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. Vue sur Florence, au loin,
à partir de la Villa di Olmo
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Né en 1924, Giuseppe De Vito fit des études d’ingénieur et bâtit sa fortune dans l’industrie de la télécommunication. Très rapidement, il s’intéressa à l’histoire de l’art et se focalisa sur la peinture napolitaine du XVIIe siècle. Parallèlement à la constitution de sa collection, il publia des articles consacrés à ce sujet, et en 1982 créa la revue annuelle Ricerche sul ‘600 napoletano qu’il dirigea jusqu’à sa mort en 2015. En 2011 il créa la « Fondazione Giuseppe e Margaret De Vito per la Storia dell’Arte Moderna a Napoli » qui s’installa dans sa résidence, la Villa di Olmo qu’il avait acquise dans les années 1980 et qui était la principale villa d’un domaine appartenant à l’hôpital Santa Maria Nuova (ill. 1 à 3).


3. Bibliothèque de la Villa di Olmo,
siège de la Fondation De Vito
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
4. Ancienne salle à manger de la
Villa di Olmo, siège de la Fondation De Vito
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

La maison, désormais uniquement consacrée à la Fondation, semble être toujours habitée, rien n’ayant changé dans son aménagement. Elle reçoit des chercheurs qui peuvent y travailler au…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.