Contenu abonnés

Le chevalier préempté par Cluny provenait bien d’une fouille illicite

4 4 commentaires

1/7/21 - Archéologie - Fouilles illégales - Le 27 janvier dernier, le Musée de Cluny préemptait à l’hôtel Drouot, dans une vente Pierre Bergé & Associés, un Chevalier à cheval en cuivre champlevé datable vers 1300 (ill. 1). Seul problème, comme nous le révélions dans un article daté du lendemain, son origine était plus que douteuse. Tout indiquait qu’il s’agissait non pas d’un objet provenant d’une « ancienne collection du Morbihan » comme le disait le catalogue, mais bien d’une fouille sauvage exercée par un chercheur de trésor armé d’un détecteur de métaux, une pratique totalement interdite et pourtant fréquente, ces engins étant pourtant en vente libre en France. L’affaire avait été révélée sur Twitter par l’association HAPPAH (Halte au Pillage du Patrimoine Archéologique &…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.