Contenu abonnés

Le baroque dévoilé

Didier Rykner

Bruxelles, Hôtel de Ville, du 8 juin au 25 septembre 2011.

La sculpture a toujours été le parent pauvre de l’histoire de l’art, notamment si on la compare avec la peinture. Ceci est sans doute encore plus vrai pour les Flandres, ou plus justement pour le territoire correspondant aujourd’hui à l’actuelle Belgique, qu’elle soit néerlandophone ou francophone.
Pourtant, aux XVIIe et XVIIIe siècles, les Pays-Bas du sud connurent une floraison exceptionnelle de monuments baroques, très comparable à ce que l’on pouvait voir au même moment en Italie et d’une qualité souvent très haute. Mais ce patrimoine mal connu, peu mis en valeur, constitue rarement un but de visite. Rares sont les historiens de l’art à s’être penchés sur ces artistes et les monographies publiées récemment se comptent sur les doigts de la main.
Pour ces raisons, l’exposition visible pendant encore un peu moins d’un mois à l’Hôtel de Ville de Bruxelles est particulièrement bienvenue. De taille relativement modeste, elle présente cependant un très bel ensemble de terres cuites et de dessins préparatoires à de grandes sculptures, à des retables, à des chaires de vérité ou à des monuments funéraires.


1. Chapelle funéraire des Tours et Taxis
Au centre, Sainte Ursule de Jérôme Duquesnoy
Bruxelles, église Notre-Dame-du-Sablon
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. Jérôme Duquesnoy (1602-1654)
Sainte Ursule
Marbre
Bruxelles, église Notre-Dame-du-Sablon
Photo : © IRPA-KIK, Bruxelles
Voir l´image dans sa page

On la doit essentiellement à trois excellents spécialistes, Denis Coekelberghs [1], Alain Jacobs et Francis Carrette.
Leur catalogue est passionnant à lire même si l’on peut regretter que les images comparatives soient si peu nombreuses. On signalera toutefois le caractère absolument incompréhensible et particulièrement alambiqué d’un essai d’introduction du catalogue, dû à Emile van Binnebeke, pourtant un respectable historien de l’art, conservateur des sculptures aux Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles [2].


3. Matthieu van…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.