Contenu abonnés

La collection Rosenberg ira finalement à Saint-Cloud, pour un projet enthousiasmant

Ce ne sera donc pas Les Andelys, mais Saint-Cloud [1]. Ce ne sera pas Guillaume Kientz, parti vers des aventures outre-Atlantique, mais Alexandre Gady. Ce ne sera pas Poussin, mais le Grand Siècle !


Caserne Sully à Saint-Cloud
Photo : CD92/Jean-Luc Dolmaire
Voir l´image dans sa page

Le département de l’Eure a donc finalement renoncé à recevoir chez lui, dans le bel hôpital des Andelys, au bord de la Seine, la donation de la collection et de la documentation de Pierre Rosenberg (voir les articles). Les choses étaient mal enclenchées depuis un moment (voir la brève du 29/1/19). Peu d’enthousiasme des politiques locaux qui reculaient face au coût du projet, un faible soutien du ministère, tout le monde semblait s’accorder pour que rien n’avance. Heureusement, Patrick Devedjian est arrivé. On le sait peu, mais cet homme politique est l’un des rares à s’intéresser réellement à l’histoire de l’art, et notamment au XVIIe siècle, au point de posséder une importante collection de dessins et de bien connaître les artistes de cette époque [2]. Président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, il a donc proposé à l’ancien président-directeur du Louvre d’accueillir sa collection et son centre de documentation. Le lieu était tout trouvé : la caserne Sully entre le parc de Saint-Cloud et la Seine. Ce grand et beau bâtiment a en effet été acquis par le département en 2016, ce qui nous avait d’ailleurs quelque peu inquiété pour des raisons que nous expliquions dans cet article. Or, l’installation des archives ayant été abandonné, en raison de la future fusion des Yvelines et des Hauts-de-Seine (les archives s’installeront finalement dans les Yvelines), l’édifice se trouvait sans affectation. Il sera entièrement consacré au nouvel établissement.

C’est donc Alexandre Gady qui va en prendre la tête. Professeur d’histoire de l’art à Sorbonne Université (ex Paris IV), grand spécialiste de l’architecture des XVIIe et XVIIIe siècles, et défenseur du patrimoine qu’on ne…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.