Contenu abonnés

La BRAFA 2019 ouvre ses portes

Bénédicte Bonnet Saint-Georges

Bruxelles, du 26 janvier au 3 février 2019

1. Entourage de Guillaume Kerricx the Elder (1652-1719)
Ange, Anvers, vers 1700
Chêne - H 173 cm
Galerie Sismann
Photo : Galerie Sismann
Voir l´image dans sa page

L’art ancien est-il démodé ? La galerie De Backker a choisi, pour cette nouvelle édition de la BRAFA, de mêler peintures et sculptures médiévales à quelques œuvres d’art contemporain, tandis que Gabriela Sismann, qui a réuni une demi-douzaine de pièces du Siècle d’or hollandais et flamand, explique qu’elle tente de séduire les collectionneurs en insistant sur la modernité d’un ange baroque amputé de ses bras (ill. 1). Monumental, sculpté en chêne sans doute pour un confessionnal ou une chaire dans la région d’Anvers, il est attribué à l’entourage de Guillaume Kerricx le Vieux. Et qu’on le trouve moderne ou pas, il frappe par l’expression extatique de son visage, la complexité de sa pose, l’abondance décorative des drapés.

Plus généralement, la nouvelle orientation prise par la foire de Bruxelles depuis trois ans se confirme : sur les seize galeries qui participent pour la première fois cette année à la BRAFA, une dizaine d’entre elles sont spécialisées en art moderne et contemporain. C’est le cas par exemple de Brame et Lorenceau (Paris), de la galerie Cortesi (Londres) ou de Rosenberg & Co (New York). Et puis cette 64e édition se gargarise d’avoir pour invités d’honneur le duo d’artistes Gilbert et George, dont cinq photomontages de grand format sont répartis dans le parcours.

2. Attribué à
Hugues Sambin (vers 1520-1601)
Cabinet à deux corps orné des figures de Lucrèce et de Tarquin
aux armes de la famille Diodati,
vers 1570-1580
Noyer - 192 x 138 x 58 cm
Galerie Steinitz
Photo : bbsg
Voir l´image dans sa page

Parmi les nouveaux exposants, seuls deux sont étiquetés « art ancien » : Sandro Morelli (Florence) spécialiste de « Haute Époque » (l’expression d’usage est un peu fourre-tout), et Röbbig München (Munich) qui propose de la porcelaine de Meissen. Les arts dit premiers perdent du…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.