L’Orangerie achète une nature morte de Derain

11/6/19 - Acquisition - Paris, Musée de l’Orangerie - Connu surtout pour ses peintures fauves et sa participation au cubisme, André Derain après 1911 évolua vers des compositions plus classiques, annonçant le « retour à l’ordre » qui marqua l’art en Europe durant l’entre-deux-guerres.


André Derain (1880-1954)
Nature morte aux fruits, vers 1920
Huile sur panneau - 46 x 55 cm
Paris, Musée de l’Orangerie
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

Le Musée de l’Orangerie a récemment acquis une Nature morte aux fruits qui illustre ce changement stylistique. Elle a été adjugée 37 500 livres lors de la vente Christie’s qui s’est tenue à Londres le 4 juin dernier. Marqué par les Primitifs italiens, Derain délaissa les couleurs chatoyantes pour des tons sobres, des effets mats, des compositions synthétiques. Cette nature morte se distingue des autres par la disposition des objets à l’extérieur, devant un ciel bleu, couleur complémentaire à l’oranger de la cruche et de la nappe. L’oiseau se fond dans la composition, ses ailes font écho aux feuilles des fruits qui ne sont d’ailleurs par clairement identifiés. Organisée autour de quelques objets aux formes stylisées, l’œuvre annonce la peinture métaphysique de Giorgio Morandi, Carlo Carrà et Giorgio De Chirico.

Elle rejoint dans les collections de l’Orangerie plusieurs natures mortes de l’artiste qui proviennent de la collection de Paul Guillaume, marchand du peintre.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.