Contenu abonnés

L’empereur Vitellius galope vers le Musée du Louvre

8/10/20 - Acquisition - Paris, Musée du Louvre - Deux admirables assiettes inédites en émail peint polychrome (ill. 1 et 2) passaient en vente mardi après-midi chez Coutau-Bégarie à l’hôtel Drouot, lors d’une vacation très remarquée où l’on retrouvait aussi un tableau inédit de Jean-Léon Gérome (voir la brève du 19/9/20) qui s’envola à 170 000 € marteau et plusieurs précieux objets en piqué d’écaille. Les deux assiettes - attribuées à Jean Limosin, membre d’une très illustre famille de la Renaissance française - ne pouvaient qu’intéresser les musées nationaux : la première d’entre elles fut adjugée 110 000 € [1], dépassant largement son estimation fixée entre 15 et 20 000 €, et, vraisemblablement, les sommes provisionnées par le Musée du Louvre qui n’a cependant pas manqué de faire valoir son droit de préemption pour la seconde assiette, adjugée 88 000 € sans les frais. Cette brillante et judicieuse acquisition fut menée à bien grâce au soutien financier de la Fondation La Marck, mécène fidèle du département des Objets d’art du Musée du Louvre et bien connue des lecteurs de La Tribune de l’Art.


1. Jean Limosin (actif au XVIe/XVIIe siècles)
L’empereur Vespasien - en réalité Caligula
Assiette en émail peint polychrome et émaux translucides sur paillons avec rehauts d’or - 20 cm
Adjugée 110 000€ marteau à l’hôtel Drouot le 6/10/20
Photo : Coutau-Bégarie
Voir l´image dans sa page
2. Jean Limosin (actif au XVIe/XVIIe siècles)
L’empereur Vitellius
Assiette en émail peint polychrome et émaux translucides sur paillons avec rehauts d’or - 20,7 cm
Préemptée par le Musée du Louvre
Photo : Coutau-Bégarie
Voir l´image dans sa page

Ces deux assiettes illustrent joliment un épisode fameux de l’histoire romaine : l’année des quatre empereurs. Entre 68 et 69, la succession de Néron vira au cauchemar politique et plusieurs souverains se succédèrent en quelques mois : Galba, Othon, Vitellius puis Vespasien qui fonda la dynastie des Flaviens et ramena la paix dans l’Empire. Les deux assiettes récemment redécouvertes, conservées dans une « grande collection aristocratique française depuis la fin du XIXe siècle » comme le dit joliment la très complète notice [2] du catalogue de la vente rédigée par Alexandre de La Forest Divonne, représentent les deux derniers souverains de cette « annus horribilis » romaine : Vitellius et Vespasien, le premier sur un très original cheval bleu et le second sur un plus conventionnel cheval blanc. L’identification des empereurs repose sur les inscriptions lisibles sur le marli des deux assiettes que l’on imagine aisément faire partie d’une série de douze, le thème des Douze Césars étant fort populaire dans les ateliers limousins qui s’inspiraient de gravures contemporaines. On peut ainsi aisément retrouver les modèles de ces figures équestres : il s’agit d’une série d’estampes réalisée d’après les modèles de Jan var der Straet dit Stradanus (1523-1605), gravée par Adrien Collaert (1560-1618)…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.