Gros et Le Nain en vente à l’hôtel Drouot

Didier Rykner

28/03/19 - Marché de l’art - Paris - Les ventes qui auront lieu demain 29 mars à l’hôtel Drouot permettront de voir au moins deux œuvres qui nous paraissent importantes du point de vue de l’histoire de l’art.


1. Jean-Antoine Gros (1771-1835)
Chasse aux lions
Plume et encre brune, lavis brun - 21 x 28 cm
Vente SVV Ader, 29/3/19
Photo : Ader
Voir l´image dans sa page

La première est présentée par la SVV Ader. Cette vente de dessins anciens présente de nombreuses feuilles, dont plusieurs projets d’architecture de belle facture parmi lesquels un Pavillon des Sciences et des Arts de Catherine la Grande de l’agence de Charles de Wailly, ainsi que trois aquarelles d’animaux par cet artiste étrange qu’est Aloys Zötl.
Mais le chef-d’œuvre de la vacation est incontestablement un petit dessin de Jean-Antoine Gros représentant une Chasse aux lions (ill. 1), très influencé par les compositions de ce sujet peintes par Rubens. La composition, à la plume et lavis d’encre brune, est d’une puissance extraordinaire, qu’il s’agisse du cheval cabré très stylisé sur la droite ou de la mêlée entre les fauves et les chasseurs… On se rappelle le prix invraisemblable que le Louvre avait dépensé il y a deux ans pour la préemption d’un dessin de cet artiste (voir l’article). Si celui-ci était fort beau, cette Chasse aux lions nous semble encore plus remarquable. Il sera donc intéressant de connaître le prix qu’elle atteindra. Logiquement, les deux acheteurs frustrés qui s’étaient battus pour le Bucéphale dompté par Alexandre devraient se précipiter sur cette feuille pour lui faire atteindre de nouveaux sommets aux enchères (l’estimation n’est que de 20 à 30 000 €). Mais on sait que la logique ne s’applique pas toujours au marché de l’art…


2. Les frères Le Nain
Le Portement de croix
Huile sur toile - 107,5 x 136 cm
Vente Leclère, 29/3/19
Photo : SVV Leclère
Voir l´image dans sa page

L’autre lot majeur qui passera en vente demain chez Leclère (et qui est exposé, ainsi que les dessins cités plus haut, jusqu’à 21 h ce jeudi et demain de 11 h à 12 h) est un tableau des frères Le Nain, Le Portement de Croix (ill. 2). Cette toile est souvent considérée comme une œuvre tardive due à Matthieu, après la mort de ses frères, une hypothèse qui nous avait séduit lors de la rétrospective organisée à Lens (mais cette peinture n’y était pas exposée). Cependant, il semble évident que l’on peut distinguer au moins deux mains dans ce tableau. Les figures de gauche, notamment la sainte Véronique et le Christ portant la croix, semblent d’un style bien distinct (et plus beau) que les personnages de droite et de l’arrière-plan. Une telle hypothèse - qui fait dire à Jacques Leegenhoek qu’il s’agit d’un tableau clé pour départager les mains - pourrait également bousculer la chronologie des Le Nain, déjà fort complexe à appréhender… Espérons que ce Portement de croix viendra enrichir un musée français, pourquoi pas celui de Laon, ville natale des trois frères, qui aurait aimé il y a un an acquérir Le Christ devant les instruments de la Passion. L’estimation de celui-ci - 100 à 140 000 € - est raisonnable.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.