Contenu abonnés

Foire de Maastricht 2011 : une qualité exceptionnelle

Didier Rykner
1. Pierre Courteys (connu à partir de 1544-après 1581)
Le Jugement de Pâris
Email peint, grisaille, rehauts d’or
J. Kugel
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Cette édition de la Foire de Maastricht est incontestablement l’une des plus remarquables de ces dernières années. Nous parlerons surtout ici des tableaux. Les dessins sont généralement les parents pauvres de la TEFAF et la section Paper qui se trouvait à l’étage pour la deuxième fois consécutive, malgré deux ou trois stands de bonne qualité consacrés aux dessins anciens et XIXe, ne modifie pas réellement cette impression. On y trouve aussi quelques bonnes sculptures mais les marchands spécialisés dans ce domaine, quoique peu nombreux, bénéficieraient d’un regroupement par rapport à la dispersion actuelle. Nous ne parlerons pas non plus, à l’exception de la galerie Kugel, dont nous reproduisons ici un remarquable plat émaillé par Pierre Courteys (ill. 1), des objets d’art et du mobilier que nous n’avons pas pu voir de manière suffisante, ni des spécialités qui sortent du domaine de La Tribune de l’Art.


2. Jan Lievens (1607-1674)
Portrait de vieil homme
Huile sur panneau - 60,1 x 47,8 cm
Haboldt & Co
Photo : Haboldt & Co
Voir l´image dans sa page
3. Cornelisz Jacobsz Schaeck (actif vers 1600)
Intérieur d’auberge avec un chien dansant, 1662
Huile sur panneau - 34,8 x 33,7 cm
Haboldt & Co
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

4. Frans Francken (1581-1642)
L’éternel dilemme de l’homme : le choix entre le Vice et la Vertu, 1633
Huile sur panneau - 142 x 210,8 cm
Johnny van Haeften Ltd
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Certains objets ont pu passer récemment en vente, voire être montrés lors d’éditions précédentes, ce qui est parfois critiqué. Ce point n’a aucune importance. Créés depuis plusieurs siècles, ils ont forcément une histoire. Qu’ils aient été pour certains acquis depuis peu par les marchands qui les proposent à la vente prouve seulement l’excellence de leur choix.
Notre sélection est forcément subjective. Et d’autant plus injuste ou incomplète que le nombre d’œuvres de qualité accrochées cette année est élevé. Nous nous intéresserons autant à des tableaux par les plus grands génies de la peinture, comme le Portrait de Vieil Homme de Jan Lievens (ill. 2), proposé par Bob Haboldt (qui expose également un autre tableau du même artiste, religieux cette fois, une Lamentation sur le Christ mort) qu’à des chefs-d’œuvre d’artistes plus rares et plus confidentiels, comme, chez le même marchand, l’extraordinaire Intérieur d’Auberge avec un chien dansant (ill. 3), un des six ou sept tableaux connus de Cornelisz Jacobsz Schaeck, récemment réapparus dans une vente aux enchères en France.
Autre exemple de tableau exceptionnel, par un peintre connu mais qui atteint très rarement un tel niveau : L’éternel dilemme de l’homme : le choix entre le Vice et la Vertu de Frans Francken (ill. 4) proposé par Johnny van Haeften.


5. David Teniers…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.