Contenu abonnés

Flèche de Saint-Denis : Audrey Azoulay désavouera-t-elle la commission nationale des monuments historiques ?

2 2 commentaires
La basilique Saint-Denis au début du XXe siècle
Carte postale ancienne
Voir l´image dans sa page

Nous avions indiqué, dans un précédent article, que la ministre de la Culture était favorable au projet de reconstruction de la flèche de Saint-Denis. Cette position, elle l’a confirmée en posant à la Commission nationale des monuments historiques non pas la question de l’opportunité, ou non, de mener ce projet à grand frais, mais celle de sa faisabilité ! Il ne faut cependant pas toujours désespérer des commissions lorsque celles-ci décident de jouer leur rôle sans faiblir.
Celle-ci a en effet décidé de voter sur ce qu’on ne lui demandait pas. Et elle s’est exprimée, à huit voix contre six et deux abstentions, contre le principe même de cette reconstruction absurde qui reviendrait en réalité à édifier à grand frais un faux moderne.

Précisons deux points. Comme nous l’avions affirmé, et contrairement à ce que disaient ses promoteurs, toutes les pierres de la reconstruction, si elle devait avoir lieu, seraient neuves. En revanche, et à la différence de ce que nous avions écrit, le projet proposé à la commission est bien l’état d’origine démonté par Debret qui en avait réalisé des relevés très précis. Signalons que sur ces deux points nous avions interrogé et le ministère de la Culture, et l’architecte des monuments historiques Jacques Moulin, qui ont choisi de ne pas nous répondre. Remarquons aussi qu’on peut difficilement croire les affirmations des responsables qui expliquent des choses différentes en fonction des circonstances [1].

Que le chantier consiste à remonter l’état d’origine ou, comme cela était également envisagé, qu’il prévoit d’édifier un projet alternatif de Debret ne change rien à notre position : on ne dépense pas 13 millions d’euros (chiffre officiellement annoncé lors de cette commission) pour reconstruire de toutes pièces un monument détruit au milieu du XIXe siècle. Remarquons là encore une fluctuation du simple au double du…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.