Contenu abonnés

Emile Gallé. Nature & Symbolisme. "Influences du Japon"

Vic-sur-Seille, Musée départemental Georges de La Tour, du 5 mai au 30 août 2009.

1. Emile Gallé (1846-1904)
Etude pour l’assiette Fougère et insectes,
réédition en 1900
Crayon et aquarelle - 26,9 x 26,7 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : RMN
Voir l´image dans sa page

Emile Gallé, on a tendance à l’oublier ou à l’ignorer, est un immense artiste. Les productions posthumes de son atelier, les nombreuses copies et imitations, voire les faux qui inondent le marché ont en effet brouillé son image dans l’esprit du public.
Le grand mérite de l’excellente exposition du musée de Vic-sur-Seille - qui ne traite que de la production de céramiques et de verre, laissant de côté l’ébénisterie - est d’avoir su choisir uniquement des pièces exceptionnelles qui rendent justice à ce créateur [1].

Le parcours commence avec les céramiques, exposées aux côtés de dessins préparatoires appartenant essentiellement au Musée d’Orsay (ill. 1) et à celui de l’Ecole de Nancy. Si l’influence du Japon, que reflète le titre de l’exposition, est évidente dans de nombreuses pièces, elle est loin d’être l’unique source d’inspiration de Gallé. Les premières productions sont davantage inspirées du XVIIIe siècle. Les formes en proviennent d’ailleurs directement puisque le Service herbier par exemple a été réalisé à partir d’un moule de cette période. Ses motifs de plantes en revanche, anticipent déjà au milieu des années 1860 ce qui fera le succès de l’art nouveau.
Même les services japonisants conservent encore cet aspect rococo et ce ne sera qu’aux environs de 1878-1880 que les céramiques de Gallé deviendront nettement plus originales, avec notamment des motifs de libellules ou de paysages japonais décorant des vases. La technique est différente, mais les formes et les ornements sont très proches de certains objets en verre. Si Emile Gallé poursuivit très tôt la pratique de la verrerie de l’atelier familial, les réalisations les plus importantes dans cette matière sont exécutées essentiellement à partir de la seconde moitié des années 1880. En 1894, Emile Gallé…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.