Contenu abonnés

Deux ventes Christie’s : la collection Marcille et des objets d’art d’exception

21/11/21 - Marché de l’art - Paris - À quoi reconnaît-on un expert en peintures ou en dessins anciens ? Il regarde les œuvres à l’envers. Ou plutôt au revers. Ce serait d’ailleurs un sujet d’exposition formidable : montrer le verso des dessins et des tableaux, leur cadre, leur châssis, les marques de collectionneurs, les étiquettes des maisons de ventes et des musées par lesquels ils sont passés, autant d’indices sur la date et le lieu de leur création, sur les restaurations qu’ils ont subies, sur leur parcours et leurs propriétaires successifs. Chez Christie’s, Pierre Étienne et Hélène Rihal commencent donc par présenter quelques chefs-d’œuvre côté pile. Ainsi ce portrait de Jean-Nicolas Mégret de Sérilly par Louis Tocqué à gardé sa toile et son châssis d’origine (ill. 1) ; il est recouvert par ailleurs de notes manuscrites minutieusement rédigées par Eudoxe Marcille. Celui-ci a tapissé de remarques le revers de toutes les pièces de sa collection, recopiant des commentaires divers trouvés dans les journaux et les catalogues, notant le prix de l’œuvre et de son cadre, signalant les endroits où elle a été exposée.


1. Un portrait par Louis Tocqué a gardé son châssis et sa toile d’origine
Photo : bbsg
Voir l´image dans sa page
2. Eudoxe Marcille ajoutait des notes aux revers des œuvres de sa collection
Photo : bbsg
Voir l´image dans sa page

Christie’s met donc en vente des peintures et des dessins de la collection Marcille demain, lundi 22 novembre. Bien plus que des amateurs éclairés, François Marcille et ses deux fils, Camille et Eudoxe, remirent au devant de la scène des artistes délaissés, et notamment des peintres français du XVIIIe siècle, parmi lesquels Greuze, Chardin, Boucher, Fragonard, Quentin de La Tour, Perronneau, et Prud’hon. Eudoxe, qui se forma à la peinture auprès d’Eugène Devéria et Charles de Steuben, se consacra finalement à sa passion de collectionneur. En 1870, il prit la direction du Musée des Beaux-Arts d’Orléans, et joua un rôle majeur dans l’enrichissement et la mise en valeur des collections. Il fut nommé en 1871 président de la Société des amis des arts d’Orléans et devint par ailleurs directeur de l’École gratuite de dessins. Il faut donc espérer que quelques lots de cette vacation rejoignent le musée d’Orléans.


3. Jean Siméon Chardin (1699-1779)
La Fontaine
Huile sur toile - 50 x 43 cm
Collection Marcille
Vente Christie’s Paris, 22/11/21
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

La pièce phare de la vente est sans doute La Fontaine de Jean Siméon Chardin (ill. 3), composition qui marqua un tournant dans la carrière de l’artiste, puisqu’il s’agit en 1733 de l’une de ses premières peintures de genre. Cochin raconte qu’André Joseph Aved, se gargarisa de son savoir-faire auprès de Chardin, affirmant qu’il était autrement plus difficile de peindre des portraits que de « peindre des langues fourrées et des cervelas [1]). » Piqué au vif, le peintre…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.