Contenu abonnés

Deux nouvelles œuvres danoises acquises par le Nationalmuseum de Stockholm

1. Christen Købke (1810–1848)
Portrait de Carl von Nutzhorn
âgé de deux ans
, 1830
Crayon - 16 x 14,5 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Cecilia Heisser
Voir l´image dans sa page

13/2/22 - Acquisitions - Stockholm, Nationalmuseum - Toujours aussi actif sur le marché de l’art européen, le grand musée suédois a ainsi pu acquérir deux nouvelles œuvres en vente publique grâce au soutien financier de ses mécènes, en l’occurrence la Sophia Giesecke Foundation. La première d’entre elles est un portrait, l’effigie dessinée de Carl Ludvig Vilhelm Rømer von Nutzhorn (1828-1899) à l’âge de deux ans par Christen Købke (ill. 1). Signé et daté du mois de juillet 1830, il fut adjugé 34 000 € marteau - soit 41 820 € frais compris - chez Bassenge à Berlin le 27 novembre 2021. Personnalité emblématique de l’âge d’or danois, à l’honneur l’an dernier sur les cimaises parisiennes du Petit Palais (voir l’article) après avoir bénéficié d’une rétrospective à Londres puis à Édimbourg en 2010 (voir l’article), Christen Købke pratiquait très volontiers le portrait, faisant notamment poser ses proches. En 1995, le Musée du Louvre avait ainsi acquis auprès de Jean-François Heim le portrait d’Adolphine Købke, peint en juin 1832. A la suite d’Ingres, Købke produisit un grand nombre de portraits au crayon graphite, dont il devint un véritable virtuose : plus rapides à exécuter, ceux-ci étaient d’autant plus lucratifs.

2. Christen Købke (1810–1848)
Portrait de Sophie Magdalene Clausen âgée de quatre ans, vers 1836
Crayon sur papier - 13,7 x 11,4 cm
New York, The Morgan Library & Museum
Photo : Morgan Library & Museum
Voir l´image dans sa page

L’artiste s’est surpassé dans le traitement des boucles du jeune Carl von Nutzhorn, auquel Købke était lié par l’intermédiaire de son beau-frère, le révérend Nicolai Laurentius Feilberg. Celui-ci, qui aida grandement l’artiste à se faire une clientèle au début des années 1830, avait une sœur qui épousa Ditlev Andersen von Nutzhorn. L’enfant dessiné par Købke en juillet 1830 était le fils de Bendix Conrad Heinrich von Nutzhorn (1771-1853) mais venait tout juste de perdre sa mère, Anna Hansdatter Buhl, disparue en septembre 1829. Comme le précise Magnus Olausson, directeur des collections du Nationalmuseum de Stockholm, Christen Købke avait l’habitude d’exécuter ses portraits très finis après avoir réalisé quelques esquisses préparatoires devant le modèle. L’effigie du jeune garçon, qui deviendra plus tard ministre de l’Intérieur et gouverneur du comté de Vejle, constitue ainsi l’un des premiers portraits au crayon commandés à l’artiste qui perfectionna sa technique au cours des années suivantes, comme en témoigne le Portrait de Sophie Magdalene Clausen âgée de quatre ans (ill. 2) conservé à la Morgan Library de New York. Réalisé en buste, celui-ci ne possède pas la monumentalité du portrait de Carl von Nutzhorn, dont le visage rond contraste avec le traitement très esquissé de son costume. Le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.