Deux nouveaux tableaux pour le Musée Fabre : Paggi et Moreau de Tours

Didier Rykner 1 1 commentaire

28/10/18 - Acquisitions - Montpellier, Musée Fabre - Heureusement qu’existent encore des musées de province pour acquérir des peintures italiennes du Seicento. C’est ainsi que le Musée Fabre s’est rendu jusqu’à Vienne, au Dorotheum, pour emporter aux enchères, le 23 octobre dernier et au prix très raisonnable de 68 275 € (il était prêt à aller nettement plus haut), un grand retable du génois Giovanni Battista Paggi, premier tableau de l’artiste à entrer dans une collection publique française.


1. Giovanni Battista Paggi (1554-1627)
Le Mariage mystique de sainte Catherine
Huile sur toile - 153 x 126 cm
Montpellier, Musée Fabre
Photo : Dorotheum
Voir l´image dans sa page

Après avoir pratiqué la peinture en amateur sous l’égide de Luca Cambiaso, il s’y consacra totalement à partir de l’âge de vingt-cinq ans, quand il fut banni de Gênes pour avoir commis un meurtre en légitime défense. Il séjourna alors longuement à Florence dont les artistes qui s’y trouvaient, tels Ludovico Cardi ou Jacopo da Empoli, marquèrent fortement son style. Ayant repris contact avec Gênes, il y retourna finalement en 1599 et y fit une carrière brillante.

Le tableau acquis par Montpellier est typique de cet artiste en ce qu’il mêle les caractéristiques de la peinture génoise (les types physiques des personnages notamment), et de l’école vénitienne (les coloris brillants, la richesse des ornements…).
Par les dates de son auteur, cette toile, sans doute peinte à Gênes au tout début du XVIIe siècle, fait partie de ces œuvres qui marquent un retour, après la période maniériste dont elle porte encore quelques traits, vers des compositions moins tourmentées, plus classiques. Ce courant, qui se voit à Florence chez les artistes cités plus haut (et par exemple Santi di Tito) ou à Bologne dans l’Académie des Carrache, se développe parallèlement au caravagisme.


2. Georges Moreau de Tours (1848-1901)
L’Annonce aux bergers, 1875
Huile sur toile - 147 x 115 cm
Préempté par le Musée Fabre de Montpellier
Photo : SVV Tajan
Voir l´image dans sa page

Autre acquisition réalisée cette semaine par Montpellier : la préemption d’une toile religieuse de Moreau de Tours, L’Annonce aux Bergers, lors de la vente Tajan de jeudi dernier, le 25 octobre, pour 6250 € (frais compris).

Georges Moreau, dit Moreau de Tours comme son père Jean-Jacques Moreau, et son frère Paul Moreau, qui ne furent pas peintres mais des psychiatres célèbres, fut l’élève d’Alexandre Cabanel.
Ce tableau est celui de la dernière épreuve du concours pour le Prix de Rome de 1875, dont le vainqueur fut Léon Comerre (la peinture est conservée à l’École nationale supérieure des beaux-arts), et dont le Second prix fut accordé à Jules-Bastien Lepage (l’œuvre, que nous avions reproduite dans cet article, est à la National Gallery of Victoria à Melbourne). Y participa également Édouard Débat-Ponsan dont le tableau se trouve au Musée de Lavaur.
Cette Annonce aux bergers de Moreau de Tours montre à la fois l’influence de son maître Cabanel, mais semble regarder au delà, vers l’art de Théodore Chassériau.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.