Des œuvres volées retrouvées grâce à La Tribune de l’Art


JPEG - 353.8 ko
Étienne Vignes (1798-1861)
Paul et Virginie
Huile sur toile - 124 x 147 cm
Collection particulière
Photo : D. R.
Voir l'image dans sa page

14/2/18 - Œuvres d’art volées et retrouvées - Les informations obtenues grâce à la publication d’une annonce d’œuvres d’art volées sur La Tribune de l’Art ont été très utiles à l’enquête comme nous l’a confirmé l’Office Central de lutte contre le trafic de Biens Culturels. L’enquête en question a permis d’arrêter une bande de cambrioleurs de châteaux, et de mettre en examen six personnes, dont un receleur, comme l’a révélé le procureur en charge (voir par exemple sur le site de La Montagne).

L’histoire vaut d’être racontée en détail car il s’agit d’une actualité concernant le patrimoine, qui démontre aussi combien les annonces que nous proposons aux particuliers victimes de vols d’œuvres d’art peuvent être efficaces.
Nous avons lancé cette rubrique « Œuvres d’art volées » en 2011 en passant une première annonce, pour un dessin de Jean Restout volé plusieurs années plus tôt, mais sans succès jusqu’à présent. Puis, le 3 juin 2012, un galeriste signalait ainsi le vol d’un tableau de Jacques de Létin. Trois jours plus tard, l’œuvre était retrouvée grâce à un marchand qui avait lu l’annonce sur le site. Elle a depuis été acquise par le Musée des Beaux-Arts de Troyes (voir la brève du 16/7/13).

Faute de temps pour développer cette rubrique, nous n’avions plus publié d’annonce depuis cinq ans. Mais le 9 novembre 2017, et les jours suivants, nous avons mis en ligne une brève sur un vol de tableaux dans une église de Dieppe (voir la brève du 9/11/17, en accès libre). Et dès le lendemain, un particulier nous appelait pour nous demander si nous pouvions écrire un article sur le vol qu’il avait subi dans son château de l’Allier à la fin du mois précédent. Nous lui avions répondu alors que nous n’écrivions d’articles que sur les vols d’œuvres des collections publiques, et que cela nous était difficile pour les objets privés (à moins, bien entendu, qu’il ne s’agisse d’œuvres majeures et très connues du patrimoine). Nous lui avons proposé, en revanche, une annonce payante dans cette rubrique « œuvres d’art volées », ce qu’il a accepté.

Le jour même, un marchand de tableau, également un ami, nous appelait très ennuyé en nous expliquant qu’il avait acheté quelques jours plus tôt un des tableaux que nous avions publié dans l’annonce, le Paul et Virginie qui était signé d’un artiste néoclassique assez peu connu. Il nous demandait conseil sur le service à contacter, pensant à juste titre que le commissariat de son quartier n’était sans doute pas le meilleur interlocuteur. Nous l’avons alors mis en relation avec l’OCBC qui nous a alors demandé la plus grande discrétion.
Deux jours plus tard, un autre marchand nous appelait à son tour pour nous dire qu’il avait chiné un des tableaux sur une brocante ! Nous l’avons mis à son tour en contact avec l’OCBC. Nous n’avons pu savoir de quelle œuvre il s’agissait - et nous ne le savons toujours pas - mais elle se trouve parmi celles reproduites dans notre article.

Depuis, à part un ou deux échanges avec l’OCBC qui nous confirmait que l’affaire suivait un cours favorable, nous n’avions pas de nouvelles. Jusqu’à aujourd’hui, où nous pouvons enfin raconter cette histoire qui se termine bien, avec l’arrestation hier matin de cette équipe soupçonnée d’avoir cambriolé plusieurs châteaux entre mars 2017 et janvier 2018. Beaucoup d’objets ont été retrouvés mais l’inventaire reste à faire. Les malfrats risquent jusqu’à dix ans de prison ferme.

Sur trois annonces parues, La Tribune de l’Art a donc permis de retrouver dans deux cas les œuvres volées, et a aidé à arrêter une équipe de cambrioleurs. Nous en sommes évidemment très fier. Nous avons comme nous le disons souvent, besoin de développer notre chiffre d’affaire afin de recruter et de couvrir encore mieux l’actualité des musées et du patrimoine. Il nous était difficile de vendre ce type d’annonces faute de pouvoir joindre les personnes intéressées au moment où elles en ont besoin. Nous espérons que ce taux de réussite remarquable incitera nos lecteurs à avoir le réflexe, lorsqu’ils ont connaissance de vols d’œuvres d’art, de suggérer au propriétaire de nous contacter. Nous ne pouvons garantir une issue favorable, mais le lectorat important et qualifié du site peut les aider à retrouver leurs biens.

Modalités de passage d’une annonce d’œuvre d’art volée.


Didier Rykner, mercredi 14 février 2018





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Restitution d’un triptyque flamand par le Musée Crozatier du Puy-en-Velay

Article suivant dans Brèves : Les associations et les écologistes veulent une consultation locale sur les tours à Paris