Décision satisfaisante du préfet pour la restauration du fort de l’île du Large

Didier Rykner

4/3/19 - Patrimoine - Îles Saint-Marcouf, fort de l’île du Large - Le bon sens prévaut parfois, et c’est hélas tellement rare qu’il arrive qu’on en soit surpris. Nous avions, il y a un peu plus de quatre mois, publié un article à propos des menaces qui pesaient sur le fort, datant de l’Empire, d’une des îles Saint-Marcouf. Il s’agissait, comme c’est hélas trop souvent le cas, d’opposer artificiellement la protection de l’environnement (ô combien essentielle) à celle du patrimoine, qui pour nous ne l’est pas moins.


Le fort de l’île du Large
Photo : Les Amis de l’île du Large Saint-Marcouf
Voir l´image dans sa page

Un article de Ouest-France daté du 26 février dernier nous apprend que l’affaire s’est finalement résolue, le plus simplement du monde. Alors qu’il était envisagé d’empêcher la restauration du fort pour « cristalliser » l’île dans son état actuel (ce qui revenait, à terme, à laisser le monument, pourtant protégé, se dégrader), le préfet a finalement autorisé, au terme de la consultation publique, le débarquement sur l’île du Large du 1er avril au 31 juillet 2019, soit hors de la période de nidification des oiseaux marins. Selon le préfet, Jean-Marc Sabathé : « L’État doit garantir à la fois le biotope des deux îles de l’archipel et la préservation d’un site classé au titre des monuments historiques ». L’arrêté permettra également d’arracher la végétation qui vient pousser entre les vieilles pierres et qui, à terme, dégrade le monument.

On aimerait que davantage de dossiers se terminent ainsi, en permettant simplement au bon sens de triompher...

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.