Cinq sculptures d’Albert Bouquillon achetées par des institutions françaises

Didier Rykner

4/12/18 - Acquisitions - Roubaix, Bergues, Lewarde - Le 23 novembre dernier, la SVV Crait+Müller dispersait un nouvel ensemble d’un sculpteur actif pendant les années 30, un thème dont elle s’est fait une spécialité (voir par exemple notre brève du 24/5/18 sur la vente Margerite Lavrillier-Cossaceanu). Il s’agissait cette fois d’Albert Bouquillon, artiste originaire de Douai, né en 1908 et disparu en 1997. Formé à l’École des Beaux-Arts entre 1927 et 1934, il était l’élève d’Henri Bouchard, et fut comme lui Prix de Rome, en 1934. La vente comprenait des œuvres exécutées tout au long de sa carrière où il conserva toujours son style figuratif typique de l’Art déco, qui pouvait sans doute paraître un peu retardataire dans la seconde moitié du XXe siècle, mais dont les qualités ne peuvent être ignorées.


1. Albert Bouquillon (1908-1997)
Buste de Jean Zay, 1939
Plâtre, patiné bronze - 38 x 18 x 24 cm
Roubaix, Musée d’Art et d’Industrie André Diligent-La Piscine
Photo : Crait+Müller
Voir l´image dans sa page

Le Musée d’Art et d’Industrie André Diligent de Roubaix, la célèbre Piscine qui vient de s’agrandir après des travaux remarquables dont nous parlerons bientôt, a pu acquérir à cette vente, grâce aux Amis du musée, un buste de Jean Zay daté de 1939 (ill. 1). Celui qui fut ministre de l’Éducation nationale et mourut assassiné par la milice en 1944 était alors sous-lieutenant rattaché à l’État-Major de la IVème armée, dans la même unité que le sculpteur. Une épreuve en bronze de ce plâtre patiné, commandée en 1950, est déposée au lycée Jean Pothier à Orléans.


2. Albert Bouquillon (1908-1997)
Buste de Lamartine, 1945
Plâtre - 43 x 49 x 33 cm
Bergues, Musée
Photo : Crait+Müller
Voir l´image dans sa page

En 1943, une sculpture de Lamartine lui fut commandée pour remplacer, dans le parc du Palais Longchamp à Marseille, un bronze représentant le poète qui avait été envoyée à la fonte par le gouvernement de Vichy [1]. L’œuvre, une sculpture en pied (alors que la statue qu’elle remplaçait était un buste) fut installée dans le parc en 1946. Le Musée de Bergues, là encore grâce à sa société des amis, a pu s’enrichir d’un plâtre original avec traces de mise au point (ill. 2), qui reproduit la partie haute du monument.


3. Albert Bouquillon (1908-1997)
Combat de coqs, 1944
Terre cuite patinée - 15,5 x 36 x 3 cm
Lewarde, Centre Historique Minier
Photo : Crait+Müller
Voir l´image dans sa page

Enfin, le Centre Historique Minier de Lewarde, ancien charbonnage devenu musée en 1984, a acheté trois œuvres à cette vente. La première, de 1944, représente un combat de coq (ill. 3), une activité certes très contestable mais qui a connu une longue tradition dans le pays minier et qui reste autorisée dans le Nord-Pas-de-Calais. Les deux autres, qui datent toutes les deux de 1948, sont un plâtre patiné bronze (ill. 4) et un bas-relief en terre cuite patinée représentant des mineurs (ill. 5).


4. Albert Bouquillon (1908-1997)
Les Mineurs, 1948
Plâtre patiné bronze - 24 x 59 x 3 cm
Lewarde, Centre Historique Minier
Photo : Crait+Müller
Voir l´image dans sa page
5. Albert Bouquillon (1908-1997)
Mineur, 1948
Terre cuite patinée - 18 x 39 x 3 cm
Lewarde, Centre Historique Minier
Photo : Crait+Müller
Voir l´image dans sa page

Nous n’avons pas parlé des prix d’acquisitions : ils sont extrêmement raisonnable puisque ces cinq sculptures ont été achetées respectivement pour 400, 700, 280, 420 et 400 € (hors frais).

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.