Contenu abonnés

Cinq dessins espagnols achetés par le Meadows

Pour soutenir nos combats patrimoniaux

24/8/20 - Dallas, The Meadows Museum - Velázquez quitta bien vite l’atelier de son maître, Francisco de Herrera le vieux, terrifié par son caractère volcanique, et entra dans l’atelier de Francisco Pacheco, considéré aujourd’hui comme l’autre grand maître de Séville dans la première moitié du XVIIe siècle.
Herrera réalisa de nombreuses compositions religieuses pour les églises de la région, comme le cycle de la vie de saint Bonaventure pour l’église du collège franciscain San Buenaventura, dont une partie de trouve aujourd’hui au Louvre, et l’autre au Prado. The Meadows Museum de Dallas a récemment acheté un dessin de sa main, l’esquisse d’un homme barbu (ill. 1). Elle fait partie des cinq feuilles espagnoles des XVIIe et XVIIIe siècles acquises par le musée américain auprès de la galerie De la Mano à Madrid.


1. Francisco de Herrera le Vieux (vers 1590-1654)
Tête d’homme barbu de trois-quarts, vers 1642
Plume et encre brune - 9,8 x 7 cm
Dallas, The Meadows Museum -
Photo : Galerie De la Mano, Madrid
Voir l´image dans sa page

Plusieurs études de têtes d’homme sont comparables à celle-ci, passées sur le marché, dans une vente de Sotheby’s, ou bien conservées aux Offices et au Prado qui possède des visages de profil et la figure en pied d’un apôtre. Certaines sont clairement préparatoires à des peintures, d’autres semblent réalisées pour elles-mêmes, études d’expressions, de types physiques, de caractères.


2. Alonso Cano (1601-1667)
La Mort de Marie-Madeleine, vers 1645-1650
Plume et encre brun-gris - 9 x 19,2 cm
Dallas, The Meadows Museum -
Photo : Galerie De la Mano, Madrid
Voir l´image dans sa page

Autre acquisition : un dessin d’Alonso Cano, peintre, sculpteur et architecte dont on a pu voir quelques tableaux dans l’exposition que Bruges puis Luxembourg avaient consacrée au Baroque espagnol (voir l’article). Une femme allongée rend son dernier souffle. Le salut de son âme est…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.