Contenu abonnés

Chefs-d’œuvre de la chambre du Roi

Amiens, Musée de Picardie, du 24 septembre 2022 au 26 février 2023
Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, du 14 mars au 16 juillet 2023

Pourquoi, se dit le visiteur parisien surchargé d’évènements dans la capitale, faudrait-il sauter dans un train [1] pour aller admirer à Amiens quelques tableaux exposés en permanence au château de Versailles ? Si la cité picarde n’est qu’à une heure de la gare du Nord, les expositions organisées dans les « Hauts-de-France » par les équipes versaillaises n’ont malheureusement pas laissé que de bons souvenirs, l’opération Versailles à Arras s’étant révélée capable du meilleur (voir l’article) comme du pire (voir l’article). N’ayons pas peur des mots : pour les amoureux de peinture, l’exposition Chefs-d’œuvre de la chambre du Roi-Soleil constitue un choc et un éblouissement, tandis que son intelligent petit catalogue ravira également les passionnés d’histoire. Privé de quelques-uns de ses chefs-d’œuvre prêtés à l’exposition Louis XV : passions d’un roi (voir l’article) où est reconstitué de façon évocatrice (ill. 1 et 2) le décor de la galerie des Chasses exotiques de Versailles, le Musée de Picardie ne pouvait laisser vide la salle où sont habituellement présentés ces neuf tableaux si emblématiques du goût de Louis XV.


1. Vue de l’exposition Louis XV : passions d’un roi au château de Versailles
Photo : Didier Saulnier
Voir l´image dans sa page
2. Vue de l’exposition Louis XV : passions d’un roi au château de Versailles
Photo : Didier Saulnier
Voir l´image dans sa page

C’est ainsi que naquit une belle idée de partenariat permettant de joindre l’utile à l’agréable : par un salutaire alignement des planètes, Versailles avait exactement ce qu’il fallait pour garnir cette vaste pièce située au milieu des galeries du premier étage du musée amiénois. Temporairement fermée pour travaux, la chambre du roi - véritable « saint des saints » du château, épicentre du système monarchique établi par Louis XIV - n’a pas entièrement été transportée au Musée de Picardie mais ses joyaux ont fait le voyage : nous ne parlons pas des splendides vases de Sèvres qui ont fait leur retour sur les cheminées (voir l’article) mais des non moins superbes tableaux habituellement enchâssés dans les boiseries de l’attique. Ceux-ci faisaient l’objet d’un court essai de Nicolas Milovanovic dans le catalogue de l’exposition Louis XIV : l’homme et le roi (voir l’article) mais firent leur retour sur le devant de la scène quelques années plus tard, à l’occasion de l’exposition que le Metropolitan Museum of Art de New York, suivi du Musée du Louvre, consacrait à Valentin de Boulogne (voir l’article), sous l’égide de Keith Christiansen et d’Annick Lemoine.


3. Valentin de Boulogne (1591-1632)
Saint Matthieu, vers 1624-1626
Huile sur toile - 130 x 159 cm
Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
Photo : Christophe Fouin
Voir l´image dans sa page
4. Valentin de Boulogne (1591-1632)
Saint Marc, vers 1624-1626
Huile sur toile - 130 x 159 cm
Versailles, Musée national des châteaux de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.